TPG: Espionnage économique

# 30/12/2016 à 14:44 Chine

Pays : Chine
Comité : Conseil économique et social
Problématique : Espionnage économique : comment lutter contre ce fléau ?

L’espionnage économique vise les domaines commerciaux et industriels, au contraire de l’espionnage classique qui vise plutôt la sécurité nationale.
La montée de ce type d’espionnage s’explique par l’accès de plus en plus facile à l’information même aux plus confidentielles. De plus, les restrictions et réglementations juridiques qui s’opposent à l’espionnage économique restent très floues et largement inefficaces. De nos jours, les entreprises et services administratifs sont de plus en plus amenés à être victimes de tentatives d'espionnage économique ou d'attaques via internet.

Ces tentatives, quand elles réussissent, sont coûteuses, aussi bien en termes financiers, qu'en terme de ressources humaines. Selon les archives échos, sur le plan économique, l’espionnage peut se définir comme étant :
- Soit l’acquisition et/ou l’interception illicite de secrets d’affaires ou de savoir-faire d’une entreprise rivale ;
- Soit, même si cela est moins couramment répandu, la déstabilisation d’un concurrent par la divulgation publique de son avantage commercial et/ou industriel.l s’agit donc d’une notion assez complexe à définir mais qui peut se traiter par du cas par cas lorsqu’une intervention juridique est nécessaire.

En ce qui concerne la Chine, Pekin surveille ses citoyens et les dissidents mais aussi les pays occidentaux pour rattraper son retard technologique en matière industrielle ou militaire. Les États-Unis, le Canada, l'Allemagne, la Grande-Bretagne ou la France, mais aussi l'allié russe, sont des cibles privilégiées.
En matière industrielle, comme militaire, il s'agit de collecter des renseignements permettant à la Chine de rattraper son retard technologique.Selon les sources économiques du Figaro:
“La Chine est aussi accusée d'envoyer ses hackers et leurs «chevaux de Troie» à l'assaut du Pentagone ou de multinationals”.En 2007, Berlin a accusé des hackers commandités par l'Armée populaire de libération (APL) de s'être introduits dans des ordinateurs du gouvernement fédéral… Celui d'Angela Merkel à la chancellerie était ciblé. L'incident avait entraîné un renforcement des mesures de sécurité, visiblement insuffisant pour contenir les espions de la NSA.
Les Etats-Unis sont bien conscients des pratiques Chinoises puisque le président Obama a dénoncé avec fermeté les actes d’espionnages des hackers Chinois, et ce, juste avant la visite du président Xi Jinping à la maison blanche. Il a même annoncé que ces pratiques pourraient affecter les relations bilatérales entre les pays, si la Chine n’arrête pas ses pratiques d’espionnages. Cette annonce a même été terminée par une sorte de menace par les Etats-Unis qui disent être plus fort à ce jeu mais qu’ils ne souhaitent pas choisir l’arme d’Internet. Les entreprises européennes établies en Chine sont gagnées par la paranoïa ambiante de l'espionnite. Selon une étude de la chambre de commerce européenne en Chine, une écrasante majorité de ses membres s'inquiète pour la sécurité de ses réseaux informatiques.
La délégation de la Chine souhaite alors tenter de proposer des solutions globales avant de pouvoir suggérer un changement local lors du débat puisqu’elle participe activement à cette problématique :
Pour que les entreprises puissent se protéger de l’espionnage économique, il faut qu’elles reconnaissent avoir des documents à protéger. On remarque que les secteurs les plus surveillés et réglementés comme la Finance et la Défense sont loin d’être à l’abri de l’espionnage. Chacun a, à son échelle et selon son métier, des compétences à protéger. L’industrie doit protéger les recettes de fabrication qui ne sont pas brevetées pour ne pas être rendues publiques. Les prestataires de services doivent éviter de divulguer toute information sur son fonctionnement, sa stratégie et ses projets.  Chacun à son échelle et selon son métier doit protéger ses savoir-faire. De plus, il faudrait chercher à définir les intérêts que dégagent les documents été informations pour des intervenants extérieurs. C’est-à-dire : A qui pourraient-ils servir et pourquoi ?
Ensuite, l’idéal serait d’identifier les moyens de communications susceptibles de permettre l’espionnage. On parle alors de réseaux sociaux, de téléphone, de fax et plus..

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau