Quelles mesures prendre pour assurer la responsabilité sociétale des entreprises afin d’améliorer la croissance économique ?

# 11/12/2016 à 14:49 AZYMAH

Turquie
Commission : comité ECOSOC
Question : Quelles mesures prendre pour assurer la responsabilité sociétale des entreprises afin d’améliorer la croissance économique ?
La responsabilité sociétale des entreprises, communément abrégée RSE, désigne la responsabilité d’une entreprise par rapport à ses activités et à leurs conséquences sur le plan social, sanitaire et environnemental. Elle est mise en avant par les consommateurs et les partisans du développement durable.
Ses enjeux pour les années à venir sont énormes car elle a une influence très forte, notamment économique, sociale et environnementale : les 3 piliers du développement durable.
La norme ISO 26000 a donc été mise en place le 1er décembre 2010. Elle définit les principes de la RSE, pour n’importe quelle taille d’entreprise, et n’importe où dans le monde. Bien qu’elle ne se réalise que sur la base de l’engagement volontaire, la prendre en compte assure une réactivité exemplaire si elle devient une référence dans le futur et agit pour la cause du développement durable. Cette apparence bénéfique est validée par les acteurs internationaux : sur 71 pays votant, 66 (~93%) l’ont adoptée.
Pourtant, la Turquie fait partie des 5 pays qui ont voté contre. Une décision incomprise, qui n’empêche cependant pas certaines entreprises turques de s’engager.
Prenons un exemple très concret. Müfit Mamati est le directeur d’une société turque implantée en Turquie produisant des emballages alimentaires en aluminium. Il emploie 80 personnes et a décidé de se lancer dans la RSE pour différentes raisons.
Pour commencer, de nombreux clients refusaient de lui acheter des produits non-certifiés ISO 26000. Ce phénomène touche tous les secteurs, et une grande perte de clientèle en découle souvent.
Mettre la RSE en place a un coût, mais cela en vaut la peine. En proposant un check-up gratuit à tous ses employés, Müfit Mamati agit pour la cause sociale en se préoccupant de leur hygiène et de leur santé, tout en s’assurant une production plus saine et donc une meilleure compétitivité.
Sur le plan environnemental, bien sûr lié au social, il a pris de nombreuses mesures pour le recyclage et la diminution de la pollution.
Pour une entreprise, s’engager dans la responsabilité sociétale permet donc de booster sa production ainsi que sa qualité et donc sa compétitivité, tout en s’ouvrant à une clientèle plus large et en assurant une meilleure qualité et une meilleure hygiène de vie à ses employés.

De nombreuses entreprises turques ne jouent pas le jeu de la RSE, ce qui fait une concurrence déloyale à celles qui investissent pour. Voici un problème face auquel la Turquie va devoir agir durant les années à venir, notamment en prenant des mesures d’encouragement pour les entreprises qui s’engagent. Car, en effet, avoir un maximum d’entreprises responsables sur le plan sociétal ne peut être que bénéfique pour un pays et pour son économie.

L’AFD est persuadée que la responsabilité sociétale doit se faire à travers les entreprises, pour faire évoluer les mentalités tout en obtenant des résultats tangibles. De plus, le tissu économique turc est composé à 99% de PME qui regroupent 80% des emplois. C’est donc une porte d’entrée parfaite pour la responsabilité sociétale en Turquie, dont le cadre législatif et économique s’ouvre d’ailleurs petit à petit au développement durable, bien qu’il reste encore du chemin à parcourir. On peut par exemple citer les banques turques qui accordent plus facilement des crédits aux entreprises responsables, car elles ont compris que ce concept pouvait impacter positivement l’économie de leur pays.

La Turquie a donc une chance d’améliorer sa croissance économique, qui est actuellement de 3% par an, en encourageant ses entreprises à se responsabiliser « sociétalement ». Elle doit cependant prendre les mesures appropriées avant qu’il ne soit trop tard car la concurrence déloyale actuelle des entreprises non-responsables envers celles qui le sont risque d’en décourager beaucoup.

# 20/02/2017 à 09:43 Yanis Jabir

Délégation de Kazakhstan
Quelles mesures prendre pour assurer la responsabilité sociétale des entreprises afin d'améliorer la croissance économique ?

La Délégation de la République du Kazakhstan est ravie de participer à ce HDBMUN 2017, et souhaite de riches discussions, débats et aboutissements entre les différentes délégations.
Honorable présidence, chers délégués
La question de la responsabilité sociétale est très importante pour le Kazakhstan pays écologique et comme tout pays il souhaite progresser économiquement.
Les entreprises peuvent avoir de nombreux impacts sur la société qu’ils soient écologique, sociétale ou économique, ils sont parfois négatifs.
La délégation du Kazakhstan aimerai développer son coté « vert » avec des solutions écologiques préservant l’environnement.

# 20/02/2017 à 11:54 Nora Beraaouz

Forum : ECOSOC
Question : Quelles mesures prendre pour assurer la responsabilité sociétale des entreprises afin d’améliorer la croissance économique ?
Soumis par : Egypte

Le ministère du travail défini la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) comme : «un concept qui désigne l’intégration volontaire des préoccupations sociales et écologiques des entreprises à leurs activités économiques et à leurs relations avec les parties prenantes que sont les salariés, les actionnaires, les fournisseurs, les sous-traitants, les consommateurs… »
C’est un outil, dont le but final est d’atteindre le développement durable : satisfaire nos besoins présents tout en permettant aux générations futures de satisfaire les leurs, en conciliant trois mondes différents, celui de l’économie, celui de l’écologie et celui du social.

Une des priorités de l’Egypte est le retour sur la scène régionale et internationale, après cinq années de bouleversements internes qui ont contraint l’Egypte à un certain retrait sur le plan international. L’Egypte cherche, par ailleurs, à renforcer son rôle sur la scène africaine. Elle a réintégré en juin 2014 les institutions de l’Union africaine.
La situation économique de l’Egypte se stabilise, mais reste confrontée à plusieurs défis. Les chiffres de la croissance (environ 4%) n’ont pas encore retrouvé les niveaux que le pays a connus jusqu’en 2011 (environ 7%).
Cela est du notamment à la crise financière internationale, et la révolution de janvier 2011 qui ont provoqué une chute économique brutale dont le pays ne s’est pas encore totalement remis. Dans ce contexte, la banque centrale égyptienne a dû faire face à un nombre de difficultés: sorties de capitaux, épuisement des réserves internationales, pressions exercées sur le taux de change et hausse du taux d’inflation.

L'Egypte a été le premier à franchir le pas dans la région et à rejoindre le Pacte Mondial des Nations Unies ; elle a mis en place son réseau local en 2004.
En Egypte, une stratégie nationale pour le soutien et la diffusion des principes de la RSE a été mis en place.
La deuxième conférence sur le thème de la responsabilité sociale des entreprises dans la lutte contre la pauvreté, qui s'est tenue au Caire en 2016, a permis de présenter des actions mises en place en Égypte, tels que des projets de développement urbain et notamment des projets de soutien à l’emploi et d’amélioration des conditions de vie des populations des quartiers urbains défavorisés d’Égypte. Une rénovation urbaine à haute intensité de main-d’œuvre contribuera à l’investissement, à la création d’emplois et donc à la croissance.
Au sein du Pacte mondial, l’Egypte compte 113 participants, dont une soixantaine d’entreprises de différentes tailles et secteurs d’activité, le reste étant composé d’universités, d’institutions, ONG, fondations… Le but du réseau est de les encourager dans leurs engagements opérationnels et stratégiques. L’ensemble des participants au réseau affirment leur engagement pour les dix principes fondamentaux du Pacte Mondial des Nations Unies.

La RSE est au centre du modèle d'affaires égyptien et des éco-gestes sont mis en place par certaines grandes entreprises. Nous pouvons citer le groupe Mansour Holdings qui a mis en place dans l’ensemble de ses points de vente, l’utilisation de sacs biodégradables, des lampes LED…
La RSE en Egypte se développe de manière convaincante, et sa diffusion auprès de l’individu et des organisations connait un succès grandissant.
En Egypte le premier défi auquel font face les entreprises est la demande de transparence. Nous avons remarqué que seules les grandes entreprises sont enclines aux pratiques de reporting. Toutefois, la RSE en Egypte se développe de manière convaincante, et sa diffusion auprès de l’individu et des organisations connait un succès grandissant.
Le rôle de la société civile en Egypte est extrêmement important car il est très critique envers les organisations du secteur privé, avec un impact important qui permet de conduire au changement positif, en particulier sur des sujets tels que la sécurité des employés, le Trust index (qui évalue le degré de bien-être au travail), le niveau de l'égalité hommes/femmes, le travail des enfants... Leur but est de soulever les bonnes questions, les analyser et essayer de trouver la solution adéquate, tout en accroissant la sensibilité de la population sur ces sujets, et en soutenant les attentes des parties prenantes.
La RSE en Egypte a un avenir très prometteur. L'Egypte fait partie des pays qui se sont engagés en faveur des 17 ODD (Objectifs de Développement Durable) ceci est un élément clé qui pourrait accroître l'engagement du secteur privé vers la RSE.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau