Quelles mesures prendre pour assurer la responsabilité sociétale des entreprises afin d'améliorer la croissance économique ? (Togo)

# 30/12/2016 à 22:13 Ghita Frej

Commission : Comité Economique social et environnemental
Question : Quelles mesures prendre pour assurer la responsabilité sociétale des entreprises afin d’améliorer la croissance économique ?
Auteur : Togo

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est un concept dans lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans leurs activités et dans les interactions avec les parties prenantes; ou, plus simplement, la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable.

Le principe de la responsabilité sociétale apparait dans les années 1960 mais ne prend son essor qu’en 1990. La norme ISO 26000 définit en 2010 le périmètre et les domaines d’action de la responsabilité sociétale qui prend en compte la gouvernance de l’organisation, les droits de l’Homme, les relations et conditions du travail, l’environnement, la loyauté des pratiques, les questions relatives aux consommateurs, et enfin les communautés et le développement local. La RSE est définie une nouvelle fois en 2011 par la Commission Européenne : c’est «  la responsabilité des entreprises vis-à-vis des effets qu’elles exercent sur la société. »

La norme ISO 26000 est initiée en 2001 par des organisations de consommateurs inquiets face aux pratiques de certaines multinationales et de leurs conséquences sur les conditions de travail et de vie des populations. Elle a pour objectif d’aider les organisations à contribuer au développement durable. Elle aborde les sept questions centrales de responsabilités sociétales qui énumèrent les problèmes allant des relations et conditions de travail, aux questions relatives aux consommateurs. La norme présente les lignes directrices pour tous types d’organisation, quelles que soient leur taille ou leur localisation.

La responsabilité sociétale des entreprises permet de se démarquer des concurrents, d’innover, de réduire les risques, de fédérer les collaborateurs autour de projets porteurs de sens et d’améliorer l’image de l’entreprise pour arriver à un développement économique, social et environnemental.

La responsabilité sociétale des entreprise est introduite pour la première fois au Togo en 2015, lors d’une réunion organisée à Lomé qui regroupe les patrons d’entreprises publiques et privées et représentants de la société civile. Depuis, trois grandes sociétés togolaises appliquent ce principe : OraGroupe (banque), WAPCO (énergie) et NSIA (assurances).

Mais la RSE a été largement ignorée au Togo, ce qui a engendré de multiples consequences. Les plus importantes restent le non respect des droits des Travailleurs (contrat de travail, horaires de travail, sécurité sociale et santé) et l’atteinte à l’environnement (pollution de l’air, des rivières et de l’eau). Ces conséquences ont été observées principalement dans le secteur minier et en zone franche.

Soucieuse de la responsabilité sociétale des entreprises dans le secteur minier et en zone franche au Togo, l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) Solidarité et Action pour le Développement Durable (SADD) promeut les droits économique, sociaux et culturels pour un travail décent au Togo. Elle a ainsi organisé en décembre 2016 un séminaire sur la responsabilité sociétale des entreprises afin de combattre les violations des droits de l’Homme et des Travailleurs. Les participant à ce séminaire sont les inspecteurs des lois sociales, les délégués syndicaux et les délégués du personnel. Ces deniers ont pu prendre connaissance lors de cet événement des lacunes juridiques et réglementaires associées à la RSE au Togo et s’approprier les principes directeurs de l’Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE).

Des séminaires ont déjà été organisés au Togo dont un en 2010 par la Commission Nationale des Droits de l’Homme au Togo (CNDH) d’après les recommandations de l’Association Francophone des Commissions Nationales des Droits de l’Homme (AFCNDH) et avec l’appui financier de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). D’après Koffi Kounté, président de le CNDH et de l’AFCNDH, « ce séminaire a permis de relever l’importance pour la commission de recenser les textes nationaux en matière de REDH (Responsabilité des Entreprise en matière des Droits de l’Homme) et d’organiser des actions de promotion sur cette thématique pour permettre une meilleure compréhension des concepts. » Un autre séminaire a permis de « souligner la nécessité d’approfondir la situation des droits de l’Homme dans les entreprises, d’analyser les textes et de faire des recommandations sur l’achat public, d’élaborer un guide d’information du personnel salarié sur les droits et les conditions de travail dans les entreprises et enfin de faire une analyse environnementale de l’impact de la pollution sur l’environnement. »

Ainsi, pour assurer la responsabilité sociétale des entreprises afin d’améliorer la croissance économique, le Togo suggère d’organiser plus de séminaires et de formations sur le thème de la RSE et de son impact sur le développement durable. Le Togo encourage également l’identification des acteurs impliqués, dans le but de créer un cadre permanent de concertation, afin de définir les obligations requises par chaque catégorie d’entreprises au respect des Droits de l’Homme et des Travailleurs.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau