Espionnage économique: comment lutter contre ce fléau? - Sénégal

# 31/12/2016 à 11:09 Soukaïna Loudiyi

Pays auteur : Sénégal
Comité : Comité économique et social
Thématique : Espionnage économique : comment lutter contre ce fléau ?

L’espionnage économique est apparu dans le contexte de la guerre froide, à la fin de l’affrontement entre le front est (Russie) et ouest (Etats-Unis), de 1945 à 1991. Cet affrontement s’est complètement transformé en guerre économique. Aujourd’hui, toute société commerciale ou industrielle peut être victime d’espionnage économique, connu aussi sous le nom « d’espionnage industriel ».Par ailleurs , dans le monde d’aujourd’hui, l’accès à l’information devient de plus en plus facile, grâce à Internet, où l’on peut accéder à 90% des données stratégiques des entreprises, par le « simple » biais du piratage . Ces tentatives d’espionnage ont des répercussions catastrophiques sur les domaines financiers (dégâts coûteux) mais aussi celui des ressources humaines. Et malgré plusieurs tentatives de protection et de sécurité, comme la définition des 7 normes de sécurité par la norme DIN 66399, ce fléau continue de se propager et de se développer.

Selon une étude de Djiby Sow, professeur de Mathématiques et de Cryptographie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), 78% des données informatiques du Sénégal seraient piratées. Les administrations et entreprises utilisent, selon lui, un très mauvais outil de cryptographie, qui faciliterait la tâche aux « pirateurs » afin d’accéder plus rapidement aux données. Il n’existe aucune autre donnée montrant que le Sénégal aurait réellement vécu un pillage de données personnelles, que ce soit à l’échelle administrative concernant les secrets d’Etat, ou à l’échelle des sociétés.
Cependant, notre pays a pris conscience rapidement des dégâts que pourraient engendrer l’espionnage économique en prenant par exemple le cas de la Malaisie et l’actuelle dispute qui rassemble cette dernière et Singapour. C’est pour cette raison que notre pays a rapidement pris les mesures nécessaires pour combattre ce fléau qui nuirait à la croissance économique de celui-ci, surtout que celle-ci est considérée parmi les plus stables du continent africain.

Pour ce faire, notre pays a organisé à Dakar le 18, 19 et 20 mai 2015, sous l’initiative de la commission des données personnelles (CDP), la première édition du forum africain sur la protection des données personnelles ( FAPDP) qui a compté un nombre de 300 participants provenant de toute l’Afrique. Ce forum avait pour thème : « Comprendre les enjeux et savoir protéger les données personnelles en Afrique » et pour visée principale « montrer que la protection des données personnelles est un facteur déterminant pour la croissance et le développement du continent africain ». La CDP s’occupe de la protection et de la sécurité des données des entreprises et par le biais de ce forum, notre pays encourage les pays africains à réfléchir ensemble pour la sécurité des entreprises de chaque pays et bénéficier des compétences et capacités de chacun. Le Sénégal adopte aussi au sein de sa politique, la cellule d’intelligence économique. Cette dernière consiste à l’élaboration et la mise en place de programmes et dispositifs pour le traitement et la protection du patrimoine informationnel. Cette cellule comprend un bureau entièrement consacré à la sécurité économique du pays et est notamment composé de spécialistes présents pour dénoncer toute action illégale avec une manne d’informations concernant les entreprises à l’échelle locale, régionale et nationale. Notant aussi la mise en place du Plan Sénégal Emergent (PSE) depuis 2014 et dont les plans d’actions économiques ciblent la sécurité économique à travers l’assurance de la productivité des entreprises.

Comme le dit si bien le proverbe, « prévenir vaut mieux que guérir », et c’est ce qu’essaye bien d’appliquer le Sénégal en matière d’espionnage économique. N’ayant rencontré jusque là aucun véritable problème concernant ce dernier, notre pays possède beaucoup de moyens de prévention et de protection concernant la sécurité économique du Sénégal et encourage les autres pays africains à adopter cette politique de sécurité dans le domaine informationnel, et déclare que la délégation sénégalaise serait ravie de partager toute informations nécessaire pour les aider.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau