Comment assurer une alimentation nourrissante à un prix abordable et de façon équitable dans le monde d’aujourd’hui?-Sénégal

# 31/12/2016 à 11:22 Soukaïna Loudiyi

Pays auteur : Sénégal
Comité : Comité économique et social
Thématique : Comment assurer une alimentation nourrissante à un prix abordable et de façon équitable dans le monde d’aujourd’hui ?

Dans le monde d’aujourd’hui, 795 millions de personnes souffrent de la faim, soit environ 1 personne sur 9. La grande majorité de ces personnes vivent dans des pays en développement, où 12,9% de la population est sous-alimentée. L'Afrique subsaharienne est la région avec la plus forte prévalence de la faim. En effet, une personne sur quatre y est sous-alimentée. La faim constitue donc un risque sanitaire mondial important mais reste un défi réalisable.

Le Sénégal a connu des « émeutes de la faim » fin 2007 et début 2008 et ceci pour cause principalement de la faillite du système agricole qui, bien qu’il emploie 60% de la population active n’arrive pas à nourrir toute la population. En novembre 2007, plusieurs syndicats et organisations se manifestent dans les rues de Dakar, en revendiquant une réduction du prix des denrées alimentaires, qui devenaient de moins en moins accessible à la population sénégalaise. A partir de 2011, le nombre de personnes au Sénégal se situant en insécurité alimentaire commence à grimper et ceci pour cause de la forte sécheresse et des précipitations insuffisantes (2011), qui ont eu des répercussions sur les récoltes agricoles de 2012 et 2013. A la fin de cette année, 2.5 millions de la population sont menacés par l’insécurité alimentaire. Le pays est donc complètement plongé dans une crise alimentaire et nutritionnelle. Une période de soudure s’installe. La région la plus touchée reste le département de Podor et qui subit encore les conséquences des grandes crises alimentaires qui ont touché notre pays. Les régions de Diourbel, Saint-Louis, Matam, Louga, , Kaffrine, Sédhiou et Kédougou restent notamment aussi des victimes du fléau.

Le Sénégal, pour surpasser ces 4 rudes crises alimentaires, agit de plus en plus de façon à fournir à toute sa population une alimentation nourrissante. Le 6 juin 2011, le Sénégal a rejoint officiellement le mouvement SUN, dans le désir de mettre un point à l’insécurité alimentaire dans le territoire. En 2015, un plan de riposte à l’insécurité alimentaire a été mis en place afin d’aider les ménages les plus pauvres pendant la période de soudure, aidé rigoureusement par l’ACF qui a « soutenu la sécurité alimentaire de 2500 ménages dans le département de Matam (nord du Sénégal) » . Cependant , notre pays a été primé à L’Assemblée Générale des Nations Unis à New York le 27 septembre 2015 pour avoir réalisé le premier objectif du millénaire pour le développement( OMD-1) , objectifs adaptés en 2000, et qui consiste à réduire de moitié la proportion de la population atteinte de malnutrition. Suivant un entretien qui s’est déroulé à la suite entre notre honorable président Macky Sall et monsieur José Graziano da Silva, directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, le rapport de ce dernier stimule que « la réussite du gouvernement sénégalais en ce qui consiste l’Omd1 s’explique par un engagement fort de l’État et son accompagnement permanent des populations les plus vulnérables en renforçant le transfert de revenus, l’alimentation des enfants scolarisés, le soutien aux agriculteurs familiaux à travers une provision régulière d’intrants et de machines agricoles et le financement alloué à l’agriculture qui a déjà dépassé les 10% requis par la Déclaration de Malabo de 2003 ». De plus, le Sénégal participe au programme PAA Afrique (Acheter aux africains pour l’Afrique) dont le but et de fournir aux cantines scolaires un approvisionnement plus diversifié et constitué de produits locaux. Ce programme est mis en œuvre dans la région de Kédougou ( 173 cantines). Le Sénégal a aussi mis en place un programme national de renforcement de la nutrition (PRN) dont le but principal est de « Donner à chaque sénégalais un statut nutritionnel satisfaisant tout en lui permettant d’adopter un comportement adéquat pour son bien-être et pour le développement de la communauté » qui permettra d’améliorer l’état nutritionnel de la population sénégalaise. D’ailleurs, notre pays a établi un plan afin d’améliorer son économie et qui est le plan Sénégal émergent ( PSE) et qui dénombre plusieurs projets dans le cadre de la sécurité alimentaire, dont deux plans d’actions prioritaires pour la sécurité alimentaire :un plan de renforcement à la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle du Sahel et un deuxième plan d’action concernant le renforcement à la résilience à l’insécurité alimentaire. Mais encore, le Sénégal a aussi participé au NEPAD et au programme de l' Union africaine dans le Nouveau Partenariat pour le développement de l' Afrique ( PDDAA). La mise en place à l’échelle régionale et nationale s’appuie sur le développement du domaine agricole afin de permettre une réduction significative de la pauvreté et surtout de l’insécurité alimentaire.

Le Sénégal espère vivement mettre fin à ce fléau à l’échelle locale, régionale et nationale rapidement dans les années à venir et espère aider les pays en besoin afin de réaliser ce défi.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau