Comment lutter contre les armes de destruction massive ? Togo

# 30/12/2016 à 11:51 Samy El Ibrahimi

Commission : Commission du désarmement
Question : Comment lutter contre les armes de destruction massive ?
Auteur : Togo.

Le Togo reconnaît que l'on n'a pas accordé suffisamment d'attention à la limitation des armes de destruction massive et au désarmement. Ainsi, la délégation du Togo estime que cette question devrait être abordée de manière exhaustive et objective par les Nations Unies. Par ailleurs, en tant que membre depuis 1968 au Traité de non prolifération des armes nucléaires, le Togo invite alors toutes les délégations présentes ici à adopter et à signer le TNP. De plus, conformément à la volonté de la Commission de Désarmement depuis sa création en 1979, le Togo accorde une très grande valeur à l’idée d’un monde purgé et exempt de toute arme nucléaire susceptible d’être utilisée. Car le monde d’aujourd‘hui a beau avoir une mentalité changée, la délégation du Togo estime que l’on est jamais à l’abri d’une possible guerre nucléaire.

De plus, on constate que le Togo s’est doté d’un plan contre la prolifération d’armes à destruction massive dans lequel il comprend les armes de type nucléaire, biologique, incendiaire, chimiques et bio chimique. En effet, la délégation du Togo est fière d’annoncer l’élaboration d’un plan d’action nationale sur la prolifération des armes nucléaires, chimiques et biologiques en sur le continent africain, au cœur d’une entrevue d’échange entre les spécialistes nationaux et internationaux des Nations Unies, comme a pu le constater l’Agence de presse africaine Afreepress. Ouvert à Lomé, la capitale togolaise, avec l’appui financier des pays de l’Union Européenne et du gouvernement des États Unis d’Amérique, cette rencontre d’échange organisée par le gouvernement togolais, en collaboration avec le bureau des Nations Unies pour les Affaires de désarmement a conduit à un plan d’action visant à :

1) Dans un premier temps, prévenir l’élaboration de ce type d’armes en Afrique
2) Par la suite, procéder à l’élimination et la prévention des armes de destruction massive
3) Établir ces procédés non pas à l’échelle nationale mais internationale.

Ainsi, cela témoigne du vif intérêt que porte la délégation du Togo au relèvement des défis liés à la mise en œuvre des textes internationaux visant à élimination ou à la prévention de la prolifération des armes à destruction massives afin d’assurer un monde exempt de ces moyens de destruction. Ainsi, comme l’a souligné la Secrétaire générale du ministère des Affaires étrangères et de la coopération, Mme Afetsetay Abra, « En abritant cette réunion, le Togo s’honore de contribuer davantage à l’établissement et au maintien de la paix et de la sécurité internationales par l’adoption de mesures appropriées et efficaces lui permettant de contrôler la circulation des armes», a-t-elle soulignée. Ainsi, cela démontre l’engagement que fait preuve le Togo à l’égard de ce problème d’ordre international.

En tout cas, il s’agira d’élaborer un plan d’action pour dans l’objectif de respecter la Convention sur l’interdiction des armes biologiques signée par la délégation du Togo en 1972, est entrée en vigueur en 1975. Elle interdit le développement, la production, l’acquisition, le transfert, la conservation, et le stockage des armes biologiques ou à toxines sur le sol africain.

Ainsi, tous ces éléments démontrent l’engagement dont fait preuve le pays de Togo à l’égard de cette menace qu’il juge des plus sérieuses pour le monde actuel et invite toutes les délégations présentes à rejoindre son avis à propos de cette menace qui gangrène le monde actuel.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau