COMMENT LUTTER CONTRE LE FINANCEMENT ET LA PROLIFÉRATION DU TERRORISME AU MOYEN-ORIENT ET EN AFRIQUE DU NORD ? SENEGAL

# 27/02/2017 à 22:55 Amir Cherkaoui

Le terrorisme islamiste radical a suffisamment fait des dégâts dans la bande sahélo sahélienne, du Mali au Nigéria, et dans le pourtour du Lac Tchad, qu’il n’est plus à considérer comme une menace, mais bien comme une réalité concrète qui est matérialisée par l’existence de mouvements se réclamant d’AlQaida, et de l’Etat Islamique. Le Mali, le Niger et le Nigéria, qui en sont directement les victimes, partagent avec le Sénégal, un même ensemble géoéconomique, la CEDEAO, et un même ensemble géostratégique, qui est le Golfe de Guinée. Il est donc naïf de croire ou de faire croire, que si le terrorisme islamiste radical prend le dessous dans ces pays, le Sénégal pourrait continuer d’être dans une CEDEAO où il va être épargné. Le gouvernement sénégalais s'engage à renforcer son dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Le dispositif est en cours d'évaluation par le Groupe Intergouvernemental d'Action contre le Blanchiment d'Argent en Afrique de l'Ouest (GIABA). Les autorités promettent déjà la prise en compte et la mise en œuvre des résultats qui seront issus de cette évaluation. Le Sénégal a fait d’énormes efforts en ce qui concerne son dispositif de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En effet, depuis la première évaluation, en 2007, qui avait relevé un certain nombre d’insuffisances, des efforts ont été notés. Selon le Secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, Cheikh Tidiane Diop, ces insuffisances ont été, entre temps, corrigées et prises en compte. Plusieurs pays devraient acheter leurs importations de sources fiables, car ils les achètent auprès d’organisations terroristes, le pétrole par exemple dans certains pays est acheté à des organisations et cet argent leur permet d’agrandir leur arsenal. Le dénominateur commun qui pourrait exister entre ces différents groupes terroristes est la capacité à constituer une menace permanente pour l’Afrique. Chacune de ces organisations à la volonté d’instaurer un califat ou un Etat islamique dans la partie ou elle est implantée. Selon l’Institute for Economics and Peace (IEP), dans son rapport sur le terrorisme (Global Terrorism Index 2014), Aqmi, Boko Haram et Al-Shebab figurent dans le top 10 des groupes les plus actifs, violents et meurtriers depuis leur création. Cette indication montre le niveau de dangerosité de ces groupes terroristes qui ont déstabilisé des pays et des régions. Ces derniers contrôlent des pans entiers de territoires. L’autre dénominateur commun est assurément les moyens considérables à la disposition des groupes terroristes. En effet, ces moyens colossaux provenant de diverses sources de financements renforcent la présence et la capacité de nuisance des groupes djihadistes dans la région. Pendant des années, l’enlèvement d’otages a représenté pour des mouvances islamistes comme le Mujao et Aqmi l’activité la plus lucrative. Ce qu’on appela « l’industrie de l’enlèvement » a généré des millions de dollars pour ces groupes. Daech pèserait 2 200 milliards de dollars selon une étude récente du Centre d’analyse du terrorisme (CAT) et constitue la « première puissance » du terrorisme mondial. Cette somme astronomique provient des ressources pétrolières et de l’impôt qui est prélevé dans sa zone d’activité en Syrie et en Irak. Le président Sénégalais Maky Sall veut renforcer le système de sécurité, il ne veut pas se laisser surprendre par la vague d’attentats terroristes qui accourt en ce moment. Il a décidé d’accroitre l’effectif des Forces de défense et de sécurité en 2016 afin d’étendre leur capacité d’intervention. Cette décision passe par la hausse du portefeuille du ministère en charge de la Défense. Cette décision d’accroître le budget des troupes a été validée par les élus du peuple au cours d’une séance plénière. Les attentats-terroristes de Paris et du Radisson Blu à Bamako, ainsi que les menaces des différents groupes djihadistes à travers le monde achèvent de convaincre qu’aucun pays n’est à l’abri d’une attaque terroriste.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau