Sécuriser l'accès aux organisations humanitairtes

# 13/03/2017 à 11:58 Claire Armero

Royaume de Suède
Conseil de Sécurité
Cooperation between UN and regional/subregional organizations: SG to include in regular reporting assessments of progress on the cooperation Open between the UN and relevant regional organizations? Quelles mesures concrètes doivent être prises par les parties soudanaises avec le soutien de la MINUAD pour réaliser des progrès tangibles ? Comment sécuriser l'accès aux organisations humanitaires dans les pays en conflits ?

Le Royaume de Suède pratique traditionnellement une politique basée sur le pacifisme, le non-alignement et tiers-mondisme, les Droits de l’Homme, l’égalité entre les hommes et les femmes et l’universalisme. Nous sommes par ailleurs, un État qui défend activement les opérations humanitaires.
En effet nous étions en 2014, l’un des quatre premiers pays donateurs de l’aide humanitaire avec une contribution de plus de 933 millions de dollars. Nous, les pays nordiques, sommes depuis longtemps parmi les principaux soutiens financiers et politiques de l’agenda humanitaire. Nous avons l’intention de maintenir notre niveau élevé de soutien.
Premièrement, nous pensons que les organisations humanitaires et leurs opérations doivent disposer des ressources nécessaires pour couvrir leur tâche de protection. Ainsi, les opérations de paix de l’ONU doivent être en mesure d’aider à remplir cette responsabilité : tous les soldats de la paix doivent être correctement préparés, formés et équipés.
Deuxièmement, la prévention contribue à la protection. En renforçant nos efforts dans le domaine de la prévention en s’attaquant aux causes profondes des conflits, nous favorisons une paix durable. Une protection efficace des civils nécessite une coopération étroite entre les organisations des Nations Unies et les autorités locales. Nous devons aussi accroître nos efforts humanitaires pour réagir efficacement aux crises lors de conflits armés.

Troisièmement, nous avons besoin de normes qui protègent l’humanité. Les installations et les transports qu’utilisent les organisations humanitaires et le personnel humanitaire et médical doivent être protégés : ils ne doivent jamais être ciblés, blessés ou empêchés de sauver des vies. Ainsi, nous condamnons les actes de violence, les attaques et les menaces contre les blessés et les malades, le personnel médical et humanitaire, les hôpitaux et les établissements médicaux.
La Suède a mis en œuvre l’Agence Suédoise Internationale de Développement (SIDA). Nous avons aussi été responsables de l’état-major de force de l’opération Atalante. De même, nous participons activement aux travaux de l’agence européenne (AED). Au premier semestre 2015, nous avons participé en tant que nation cadre (avec 1900 hommes) au Nordic Battle Group (NBG), qui réunit aussi la Finlande, la Norvège, les pays baltes et l’Irlande.
Nous sommes aussi un membre très actif du Partenariat pour la Paix. Bien que nous n’appartenions pas à l’OTAN, nous participons à certaines opérations et nous entretenons une coopération de défense très étroite avec la Finlande. Nous prenons part activement à l’élaboration de la politique de sécurité et de défense dans le cadre européen et nous avons une longue tradition dans la participation aux opérations du maintien de la paix sous le mandat de l’ONU. Actuellement, Stockholm a proposé la prolongation de sa contribution à la MINUSMA en déployant 250 hommes au Mali, des heures de transport aérien, des munitions, et la poursuite des formations en Irak (35 personnes à Erbil).
La Suède soutient les efforts de l’Union Africaine exhortant les parties au conflit à agir pour réduire le recours à la violence et à accroître l’accès humanitaire. L’importance critique que revêtent la présence et le travail de la MINUAD au Darfour, afin de contribuer à la protection de la population civile et de faciliter la quête de la paix, de la sécurité, de la stabilité et de la réconciliation dans la région, est d’un commun intérêt. Actuellement, nous avons déployé 299 hommes sur le terrain (agents de police...)
La Suède trouve que pour améliorer les méthodes de travail du Conseil, nous devons associer les organisations régionales pertinentes aux Nations Unies. La recherche de perspectives nationales et régionales est essentielle - et des partenariats renforcés et plus dynamiques sont essentiels, notamment avec les organisations régionales et sous-régionales. Un financement plus prévisible, durable et à long terme est également essentiel à cet égard. Les pays nordiques fournissent des financements à long terme pour la paix et le développement de diverses manières.
Le Royaume de Suède pratique traditionnellement une politique d’accueil des réfugiés très généreuse (81000 personnes accueillies en 2014, 163000 en 2015), soit le taux le plus élevé de l’UE si on ramène les chiffres à sa population. Nous avons tout de même atteint nos limites, en matière de logement notamment, c’est pour cela que nous avons durci notre législation en matière d’asile et provisoirement, rétabli les contrôles aux frontières.
Nous serons caractérisés par nos valeurs et principes. La politique générale suédoise repose sur une solide base des lois internationales, des droits humains, de l’égalité des genres, et une grande préoccupation pour la sécurité et le développement. Notre mandat dans le Conseil de Sécurité n’en fera pas moins.
La Suède souhaite contribuer au majeur objectif du Conseil de Sécurité : maintenir la paix et la sécurité internationales.
Nous ferons ainsi parce que nous sommes convaincus que, en tant que pays ouvert au monde et dépendant de celui-ci, il est dans notre grand intérêt de contribuer et de défendre l’ordre international que les Nations Unies et le Conseil de Sécurité ont à leur charge. Nous croyons que nous sommes capables de faire la différence, à travers nos valeurs et notre engagement.
La protection des civils doit être poursuivie en partenariat,
Nous devons écouter les voix des personnes vulnérables,
Nous devons assurer la dignité des sans défense,
Et nous devons garder les civils en sécurité, ensemble.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau