Peut-on envisager une couverture mondiale en matière de santé ? (Égypte)

# 22/02/2017 à 13:09 Rhita El Kheiri

La délégation de l’Égypte
L’OMS : Peut-on envisager une couverture mondiale en matière de santé ?

Honorable présidence, chers délégués,

La délégation de l’Égypte est ravie de participer à l’HBDMUN 2017 et souhaite de riches discussions entre les délégués.

La santé, sous tous ses aspects, est un sujet important pour l’Égypte.

L’Égypte sait qu’elle est confrontée à de nombreux défis en terme de santé.
Le système d’assurance santé publique, mis en place à partir de 1964, ne couvre que près de la moitié de la population, sa portée étant de plus en plus limitée. Ce système fournit des soins gratuits mais de qualité limitée et dans des domaines restreints. Il est complété par une offre privée de coût et de qualité inégaux. Près des deux tiers des dépenses de santé totales seraient à la charge des citoyens et un million d’Égyptiens seraient en situation de vulnérabilité financière chaque année en raison de leurs dépenses sanitaires.

Depuis 2011, les autorités égyptiennes tentent de répondre à ces défis avec un appui croissant des organisations internationales. Plusieurs lois ont été votées pour permettre d’étendre la couverture de l’assurance santé aux populations qui y avaient un accès limité (notamment les femmes au foyer, les enfants et les agriculteurs) et la Constitution adoptée en 2014 fixe à 3% du PIB le seuil des dépenses de santé de l’Etat. Qui plus est, en 2014/2015, le gouvernement a renforcé son budget pour la santé. Celui-ci passe en effet de 33,5 Mds EGP en 2013/2014 à 42,4 Mds EGP Mds en 2014/2015, soit une augmentation de 27 %. Par ailleurs, il a lancé avec la Banque Mondiale un programme d’aides financières sociales (Takaful & Karama) conditionné à un suivi sanitaire, dont l’objectif est de toucher à terme 3 M de foyers.
Pour cela, l’Égypte propose une résolution qui désigne comme principaux objectifs l’atteinte d’une couverture santé universelle d’ici 2030 et l’atteinte d’un niveau de dépenses publiques de santé à hauteur des exigences constitutionnelles d’ici 2017.

Merci de votre écoute.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau