Comment utiliser les nouvelles technologies pour une meilleure prise en charge du diabète ? (Égypte)

# 22/02/2017 à 13:12 Rhita El Kheiri

Délégation de l’Égypte

L’OMS : Comment utiliser les nouvelles technologies pour une meilleure prise en charge du diabète?

Honorable présidence, chers délégués,

La délégation de l’Égypte est ravie de participer à l’HBDMUN 2017 et souhaite de riches discussions entre les délégués.

Le diabète est un sujet très important pour l’Égypte.
En Égypte, 9 millions de personnes sont touchés par le diabète et 10 millions sont en situation de pré-diabète. 16% des adultes sont touchés par le diabète.
Cette situation s’explique par une mauvaise alimentation et par un manque d’activité physique. En effet, en Égypte, six personnes sur dix sont en surpoids, trois sur dix sont obèses, et trois sur dix ne pratiquent pas d’activité physique.
Cette situation peut également s’expliquer par l’absence de pouvoirs publiques car en Égypte il n’y a pas de politique de lutte contre le diabète, pas de registre du diabète, pas de contrôle, et pas d'insuline facilement disponible dans les hôpitaux.
Il n'existe pas de plan pour lutter contre le surpoids ou l’obésité ni de politique pour réduire la sédentarité. Au bout du compte, on estime que quatre diabétiques sur dix ne sont pas soignés dans le pays.

Face à cette situation, l’OMS, sachant qu'un Égyptien regarde en moyenne 85 fois son téléphone mobile par jour, a réagi en envoyant des SMS à l'occasion du Ramadan en juin 2016 à des milliers d’Égyptiens pour leur donner des conseils afin de lutter contre le diabète.

C’est pour lutter contre cette maladie omniprésente et en forte croissance, que l’Égypte souhaite l’adoption de nouvelles technologies comme Freestyle, qui permet de mesurer le taux de glucose sans piqûre, et Diabeo, qui permet de faciliter la gestion du traitement grâce à un logiciel couplé à une télésurveillance médicale.

Merci de votre écoute.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau