Comment sécuriser l'accès aux organisations humanitaires dans les pays en conflits ? (Sénégal)

# 30/12/2016 à 20:59 Ghali Mamouri

Commission: Conseil de sécurité
Question: Comment sécuriser l'accès aux organisations humanitaires dans les pays en conflits ?
Auteur: Sénégal
Honorable présidence, chers délégués, invités distingués. La délégation du Sénégal est aujourd’hui honorée de participer à cette simulation des nations unies.
Les civils dans les pays en conflits sont le plus souvent pris pour cible et sont sujets aux différentes formes de violences : violation des droits de l’Homme, perpétration de viols et d’autres crimes sexuels, bombardements etc... Ces atrocités sont employées comme un outil de guerre, une arme pour déstabiliser son adversaire, en effet ils ont pour objectif de détruire les communautés et modifier la composition ethnique de la génération suivante voire l'éradiquer en empêchant les femmes de pouvoir enfanter.
Toutes ces contraintes mènent le peuple à quitter leur foyer et fuire leur pays, cet état de fait s’est récemment traduit par une intolérance nouvelle à l'égard des flux réfugiés dans certains pays du sud et cela est de mauvais augure pour la protection des personnes en Afrique.
Pour cela, des aides humanitaires ont été mises en place pour venir en aide aux populations dans les pays en guerre malheureusement ces aides humanitaires sont dans certains cas tués ce qui décourage les pays à envoyer des aides tant bien financières que militaires.
En tant que participant à la Convention de 1951 sur les réfugiés et adhérant aux modifications ultérieures, le Sénégal a généralement été approuvé pour son traitement des réfugiés. Bien que le gouvernement sénégalais ait accordé le statut de réfugié à plusieurs milliers de personnes, une grande partie de l'assistance aux réfugiés a été fournie par l'intermédiaire du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).
L'accès au personnel médical qualifié est limité aux centres urbains, très peu de médecins, de dentistes et de pharmaciens étant enclins à travailler en milieu rural. En raison de cette répartition inégale, il existe une plus grande dépendance à l'égard des pratiques sanitaires autochtones et théocentriques (islamiques). En ce qui concerne la santé des réfugiés, le Sénégal n'a guère organisé officiellement de politiques. Mais étant donné que les réfugiés entretiennent actuellement des relations étroites avec les communautés sénégalaises locales, certaines des initiatives en matière de santé rurale peuvent être appliquées à la santé des réfugiés, une grande partie de ces initiatives sont menées avec l'aide d'organismes internationaux.
Grâce au soutien international continu, le Sénégal est disposé à apporter d'autres améliorations aux programmes existants afin de fournir des soins de santé de meilleure qualité aux réfugiés sénégalais et futurs. Tant qu'il existe une libre interaction entre les populations locales et réfugiées et une infrastructure sanitaire solide, le Sénégal est confiant dans la capacité de fournir des services de santé adéquats en cas d'afflux massif de réfugiés.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau