Comment participer à l’élimination progressive des armes de destruction massive ?

# 20/02/2017 à 13:13 Délégation Égyptienne

Les armes de destruction massive sont de nos jours l’une des principales armes utilisées afin de toucher et de tuer un très grand nombre de personnes, indistinctement civiles et militaires. Les armes de destruction massives ne sont pas seulement inadaptées pour répondre aux menaces de sécurité probables ou significatives auxquelles nous sommes confrontés au XXIe siècle. En effet, l’une des premières cibles de l’utilisation de ces armes sont les terroristes mais ces derniers ne peuvent être directement bombardés dû à la présence de civils avec eux. On retrouve alors un réel problème qui nous oblige à nous détacher de ces armes beaucoup trop puissantes sans prendre en compte que ces armes peuvent se retourner contre les états si par malheur elles arrivaient aux mains de groupuscules terroristes.
Le Gouvernement Egyptien, de par sa position géographique, se voit directement liée à la question de l’élimination des armes de destruction massive. En effet, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient sont des zones de tensions, où les groupuscules terroristes apparaissent et posent le problème de la sécurité de la population dû à l’éventuelle usage d’arme par ces terroristes.
Afin de lutter contre les armes de destruction massive, le ministre égyptien des Affaires étrangères a proposé à l’ONU une initiative pour faire du Proche-Orient une zone débarrassée de toute arme de destruction massive (nucléaire, chimique, biologique) et la diplomatie égyptienne déploie des efforts continus pour soutenir le Traité de Non-prolifération nucléaire et son internationalisation. Suite à l'Accord de paix Egypto- Israélien en 1981, l'Égypte a décidé de ratifier le Traité de Non-prolifération des armes nucléaires comme procédure d'établissement de confiance, espérant qu'Israël suive le même itinéraire alors qu'elle poursuit le boycotte de ce Traité.
Cependant, malgré les appels continues au gouvernement égyptien pour adhérer au Traité de l'interdiction des armes chimiques et l'accord d'interdiction d'armes biologiques, l'Égypte refuse toujours d'y adhérer actuellement, étant donné qu'Israël refuse d'adhérer au Traité de Non-prolifération nucléaire. Dans le cadre de l'AIEA, durant la Conférence générale annuelle, l'Égypte a réussi à présenter et à passer la résolution annuelle autour de "l'application des assurances de l'AIEA au Moyen-Orient", adoptée par consensus.
On observe alors une réelle implication de l’état Egyptien sur le thème de l’élimination progressive des armes de destruction massive notamment au Moyen-Orient.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau