Quel moyen mettre en œuvre pour permettre aux citoyens de s'engager tout en respectant sa liberté politique ?

# 30/10/2016 à 14:59 Comité des Droits de l’Homme (site web)

Postez ici vos résolutions

# 08/02/2017 à 19:31 AZYMAH

Commission : Comité des Droits de l’Homme
Question : Permettre aux citoyens de s’engager tout en respectant sa liberté politique
Auteur : Turquie

La liberté politique est un droit reconnu par notre Constitution cité chapitre IV, partie III, petit A avec l’article numéro 68 (modifié par la loi n°4121 du 23 juillet 1995) « Les citoyens ont le droit de fonder des partis politiques et d'y adhérer ou d'en démissionner dans les formes. Pour pouvoir devenir membre d'un parti, il faut avoir dix-huit ans révolus. ».
Cependant la Constitution encadre énormément l’engagement politique des citoyens ce qui réduit considérablement les nombre de personnes pouvant s’engager. Pour remédier à cela il faudrait :
1. Permettre à plus de personnes de s’engager politiquement car actuellement la Constitution interdit l’engagement de certaines professions (fonctionnaires).
2. Modifier une phrase de la Constitution qui est paradoxale. « Les statuts, les programmes et les activités des partis politiques ne peuvent aller à l'encontre de l’indépendance de l’État. ».
3. Protéger la liberté de la presse utilisée par les partis politiques pour informer les citoyens.

# 09/02/2017 à 20:01 AZYMAH

Commission : Des droits de l’homme
Questions : quel moyen mettre en œuvre pour permettre aux citoyens de s’engager tout en respectant sa liberté politique ?
Auteur : Malaisie

La Malaisie est une monarchie fédérale parlementaire multipartite, où le Premier ministre est le chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est détenu par le gouvernement tandis que le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et le parlement. Le roi et les 9 sultans héréditaires de Malaisie, parmi lesquels ce premier est élu pour un mandat de cinq ans, bénéficient d'une immunité juridique (ne pouvant être tenu juridiquement responsable) et incarnent l'autorité islamique de l'Etat de la Fédération qu'ils commandent. Conformément au Sedition Act, il est illégal de critiquer le roi et les sultans en public.
Notre société et touché par énormément de problèmes, premièrement la censure est omniprésente ici notamment à cause du régime et des lois.
Cette censure nous révolte en Malaisie les droits de l’homme ne sont pas respecter le gouvernement ne nous écoute pas ce qui réduit considérablement l’engagement politique de la population en Malaisie.
Pour améliorer cette situation il faudrait :
1) Assouplir le sedition act(1948) qui strangule beaucoup de liberté comme la liberté de critique
2) Moins censure dans notre société
3) Être à l’écoute du peuple qui est en colère
4) Améliorer les conditions de vie

# 20/02/2017 à 14:46 zineb

Comité : Comité des Droits de l’Homme
Issu : Quel moyen mettre en œuvre pour permettre aux citoyens de s'engager tout en respectant sa liberté politique ?
Position : Royaume-Uni
Le Royaume-Uni,
Considère que la liberté de chacun est un élément majeur de la vie en société qui ne doit sous aucun prétexte être entravé,
Rappelle que la liberté politique est assimilée à des droits civiques inaliénables comme le droit de vote, la liberté d’opinion, la liberté d’association ou encore le droit d’éligibilité,
Réaffirme que le fonctionnement d’une démocratie n’est possible que par la mise en place de droits civiques permettant d’assuré la sécurité des citoyens tous en leur permettant de participé à la vie politique de la société,
Alarmé par les quelques 175 millions d'individus dans le monde considérés comme non citoyens qui représente quand même 3% de la population mondiale,
A l’occasion de cette réunion,
1 Invite les pays membres à la mise en place d’associations ayant pour but de sensibiliser la population de l’importance de l’implication de celle-ci au sein de la vie politique ;

2 Encourage les états à sanctionner tous individus qui tente à travers des actions ou des propos à nuire à la liberté d’autrui, ces sanctions pourraient aller de la simple amende à une peine de prison dans les cas les plus extrêmes ;

3 Propose la mise en place de bourses ou de fonds de rémunérations afin de permettre aux jeunes individus de s’engager tout en étant rémunérer ;

4 Estime nécessaire la diversification des partis politiques par l’instauration de quota permettant un nombre minimum de femme, de jeunes adultes et de personnes âgées ;

# 22/02/2017 à 23:22 Maha Bouras

COMITÉ DES DROITS DE l’HOMME

PROBLÉMATIQUE : Quel moyen mettre en œuvre pour permettre aux citoyens de s’engager tout en respectant sa liberté politique ?

SOUMIS PAR : La République du Kazakhstan


Le Comité des droits de l’Homme,

Réaffirmant, les libertés individuelles des hommes présentes au sein de la Déclaration universelle des droits de l’Homme adoptée par l’Assemblée Générale des Nations-Unis le 10 Décembre 1948, jugées comme étant des valeurs fortes ne pouvant être niées ou usurpées par divers Etats ou groupes,

Convaincu du fait que seuls les peuples en eux-mêmes peuvent décider et de prévoir leur avenir que ce soit sur le plan politique ou économique, et que le pluralisme politique est crucial afin de permettre le développement des sociétés,

Saluant dignement, les progrès et efforts effectuées par les divers Etats en matière de démocratie, de vote, de bonne représentation et de renouvellement de leurs classes politiques,

Conscient du fait que la démocratie peut avoir lieu dans certains Etats avec une grande majorité politique, et que la majorité d’opinons au sein d’un peuple et d’une communauté est possible, et se doit d’être respecté pour le bon fonctionnement d’un Etat,




1- Propose une mise en place de la protection des médias ;
2- Invite a la mise en valeur de la politique chez les jeunes ;
3- Prend en note avec préoccupation le peu d’intérêt des jeunes pour la politique, les citoyens de demain ;
4- Affirme que l’assouplissement de certaine loi concernant certain pays sont nécessaire afin de permettre à toute la population de s’exprimer ;
5- Condamne les dictatures et les régimes autoritaires ;
6- Propose une sensibilisation chez les jeunes de l’importance de la politique.

# 23/02/2017 à 03:31 egypte

United Nations Human Rights Committee
Sponsors:
Signatories:
Topic: What can be done to enable citizens to engage politically while respecting their political freedom?

Human Rights Committee,

Realizing the freedom of association, expression and movement enjoyed in a liberal democracy are conducive to the planning and execution of acts of gross violence, designed to destabilise or destroy State structure,

Deeply regretting the harsh restricting of dissent and assembly by activists from across the political spectrum during the year,

Bearing in mind the remarkable decrease of political pluralism and participation,

The Arab Republic of Egypt,

1.Encourages all relevant agencies of the United Nations to ensure that political rights and liberties are respected and preserved in its member countries;
2.Emphasizes the need to stick to the International Human Rights instruments in the quest to ensure the respect of a citizen’s political freedom;
3.Further recommends the indoctrination of a nation’s youth to be aware and able to engage politically;
4.Further invites the need of civic education, or the teaching of democratic self government to pupils in classrooms to promote in the process the understanding of the ideals of democracy and a reasoned commitment to the values and principles of democracy;
5.Expresses its hope that in the future, campaigns fighting illiteracy, racism, xenophobia and linguistic obstacles are to be held as erasing these phenomenons will but ignite the citizen to openly engage in full confidence, shielded by his political rights.

# 01/03/2017 à 01:51 Nabil Aich, Sénégal

La délégation de la République du Sénégal,
• Réaffirmant l’importance cruciale de la liberté d’expression en tant que droit humain individuel, pierre angulaire de la démocratie et aussi en tant que moyen pour garantir le respect de tous les droits humains et libertés fondamentales de l’homme ;
• Réaffirmant également l’article 9 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples ;
• Désireuse de promouvoir la libre circulation des informations et des idées et un plus grand respect de la liberté d’expression ;
• Convaincue que le respect de la liberté d’expression et du droit d’accès à l’information détenue par les organes et sociétés publics mènera à une plus grande transparence et responsabilité publiques ainsi qu’à la bonne gouvernance et au renforcement de la démocratie ;
• Convaincue également que les lois et coutumes qui répriment la liberté desservent la société;
• Rappelant que la liberté d’expression est un droit humain fondamental garanti par la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, et aussi par d’autres documents internationaux et constitutions nationales ;
• Réaffirmant l’Article 9 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, ainsi que la nécessité d’une interprétation de ses implications spécifiques eu égard à la liberté d’expression en Afrique ;
• Considérant le rôle crucial des médias et des autres moyens de communication pour garantir le respect total de la liberté d’expression, en favorisant la libre circulation des informations et des idées, en aidant les populations à prendre des décisions en connaissance de cause et en facilitant et renforçant la démocratie ;
• Consciente de l’importance spécifique de la radiodiffusion en Afrique, vu sa capacité à atteindre un large public du fait de son coût de transmission relativement faible et de son aptitude à surmonter les barrières de l’analphabétisme ;
• Notant la contribution importante qui peut être apportée à la réalisation du droit à la liberté d’expression grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication ;
• Consciente de l’évolution des droits de l’homme et de l’environnement du développement humain en Afrique, en particulier à la lumière de l’adoption du Protocole relatif à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples portant création d’une Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, des principes de l’Acte constitutif de l’Union Africaine, 2000, ainsi que de l’importance des dispositions relatives aux droits de l’homme et à la bonne gouvernance dans le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD),
1. Insiste sur la nécessité pour les Etats qui ne l’ont pas encore fait de mettre en place des organismes réellement indépendants et neutres chargés de l’organisation d’élections libres et transparentes, afin de donner aux élus une légitimité et une légalité acceptées par tous et de bâtir des institutions fortes et démocratiques susceptibles de garantir la paix et la stabilité sociale.
2. Estime que les parlements ont un rôle important à jouer dans la mise en place d’institutions plus responsables, plus transparentes et plus sensibles aux droits de l’homme et à la primauté du droit, et nécessaires à l’édification d’Etats compétents et efficaces, assurant un cadre prévisible et transparent pour la conduite des affaires publiques et obligeant les responsables à rendre des comptes
3. Engage les parlements à adopter ou améliorer des lois et mesures protégeant les partis politiques, les organisations de la société civile, y compris les institutions de défense des doits de l’homme et les médias, renforçant leurs capacités d’intervention et garantissant le libre exercice de leurs activités
4. Engage les parlements à prévenir, combattre et éliminer toutes les formes de discrimination et Prie instamment tous les parlements et les gouvernements africains à garantir la participation pleine et équitable de tous, y compris les femmes, les jeunes, les minorités et les groupes vulnérables aux processus démocratiques.
5. Encourage fortement les Etats à prendre des mesures drastiques et sans précédent afin d’éradiquer le fléau de la corruption au sein des institutions politiques et juridiques.
6. Invite tous les États:
a)À respecter et faire respecter les droits associés aux libertés d’expression et d’opinion;
b)À prendre toutes les mesures nécessaires pour faire cesser les violations de ces droits et à instaurer des conditions qui permettent de prévenir de telles violations, notamment en veillant à ce que la législation nationale pertinente soit conforme aux obligations internationales des États dans le domaine des droits de l’homme et qu’elle soit effectivement appliquée;
c)À veiller à ce que les victimes de violations de ces droits disposent d’un recours efficace, à enquêter effectivement sur les menaces et les actes de violence, y compris les actes terroristes, dirigés contre des journalistes, notamment dans des situations de conflit armé, et à en traduire les auteurs en justice afin de lutter contre l’impunité;
d)À veiller à ce que les personnes qui exercent ces droits ne subissent aucune discrimination, en particulier dans les domaines de l’emploi et du logement, dans le système judiciaire, dans les services sociaux et en matière d’éducation, en accordant une attention particulière aux femmes;

# 15/03/2017 à 06:43 Uruguay

Human Rights committee

Issue: What can be done to enable citizens to engage politically while
respecting their political freedom?

Human rights committee,

Upholding the basis of civil liberties and democracy in The International Covenant on Civil and a Political Rights adopted by the UN in accordance with article 49.
Promoting freedom of expression and free flow of information amongst the people and a free, independent media, to facilitate decision making among the people,
Recognizing the key roles the youth will play in present and future rolls facing the UN

The delegation of the Oriental Republic Of Uruguay views civic duty not only as a right but as a responsibility, and therefore

Encourages all states to insure the equality of civil and political rights of certain groups (e.g. minorities, women) which are essential to democracy.
Supports the spread of political liberties and duties among the youth and the necessity of education surrounding democracy and it’s values.
Supports civic engagement of the youth and their participation in the political process.
Urges the funding and resourcing of UN agencies, such as the UNDP, to promote democratic governance, and the OHCHR to support transitional democracies coming from conflict.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau