Comment sécuriser l'accès aux organisations humanitaires dans les pays en conflits ?

# 05/03/2017 à 20:33 Zeynep Ozcan (Ethiopie)

FORUM: Conseil de Sécurité
QUESTION: Comment sécuriser l’accès aux organisations humanitaires dans les pays en conflits?
PAYS: Ethiopie

Conscient que les victimes des crimes horribles sont de plus en plus la population civile et les organisations humanitaires dans de nombreux conflits,
Affirmant que l’accès humanitaire aux populations qui ont besoin de secours dans les zones de conflit est souvent devenu plus difficile et compliqué ces dernières années pour beaucoup d’organisations humanitaires,
Rappelant que sur les théâtres d’opérations militaires et dans les régions en crise, on commet des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, graves atteintes au droit international et aux droits de l’homme,
Affirmant que les populations civiles sont exposées en permanence à la terreur exercée par les acteurs les plus variés et maintenant de plus en plus par les troupes de mercenaires des « compagnies militaires privées »,
Rappelant également qu’il incombe en premier lieu aux États de garantir la protection de leur population,
Prenant note que, l’incapacité des États à protéger intégralement les populations met en danger l’existence des personnes et entraîne un effondrement social, économique et politique,
Encourageant chaque pays à mettre en avant ses propositions et les moyens qu’il pourra y consacrer,
Insistant sur l’aspect humanitaire de cette mission,

1.Confirme que dans les cas exceptionnels où les États n’auraient pas la possibilité ou la volonté de protéger les civils, la communauté internationale a le droit d’agir, et même la responsabilité de le faire,
2.Invite les Etats à interpréter le concept de responsabilité de protéger de façon prudente et précise, et souligne que ce concept doit être appliqué dans un contexte purement humanitaire et ne doit pas être politisé,
3. Demande la création d’un groupe de travail au sein des Nations Unies pour combler le fossé entre les instruments juridiques internationaux sur la protection des civils et la réalité de terrain,
4.Encourage la position privilégiée de la Cour pénale internationale notant que l’impunité alimente le cycle des violences,
5.Constate que la protection des populations, consacrée par l’ensemble des principaux codes moraux, religieux et juridiques, n’est pas propre à une culture ou à une tradition particulière, qu’elle est un impératif humain, politique et juridique qui reconnaît la dignité et la valeur inhérentes à chaque être humain,
6.Lance un appel à tous les Etats de renforcer les capacités des missions de maintien de la paix pour protéger les civils.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau