Comment peut-on participer à l’élimination progressive des armes de destruction massive ?

# 30/10/2016 à 15:13 Commission du désarmement (site web)

Postez ici vos résolutions 2017

# 08/02/2017 à 19:28 AZYMAH

Résolution adoptée pour l'élimination progressive des armes de destruction massives
États membres de la commission du désarmement qui seront membre du comité d’organisation de la commission de l’élimination progressive des armes de destructions massives

La commission du désarmement,
Rappelant la résolution 66/61 du 13 décembre 2011 de l'Assemblée générale des Nations unies sur l'établissement d'une zone exempte d'armes nucléaires au Moyen-Orient, et la résolution du 10 mars 2010 sur le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (JO C 349 E),
Rappelant également en particulier, les principes, dans le paragraphe 2 et 4 de son règlement, invitant toutes les puissances nucléaires à prendre des mesures provisoires concrètes afin d’atténuer les risques d’explosion nucléaire en réduisant le statut opérationnel des armes nucléaires et en les déplaçant du site de déploiement au site de stockage, et en accordant une place moins importante aux armes nucléaires dans les doctrines militaires ainsi qu’en réduisant rapidement le nombre des armes nucléaires de tous types ; étant également très préoccupé par l'aggravation de la menace nucléaire résultant de l'attitude de la Russie, laquelle a des répercussions pour la sécurité, la stabilité et la prévisibilité au niveau mondial, par la détérioration de sa relation avec l'OTAN, au regard notamment de la possible violation du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, montrant ainsi sa forte conviction à consolider la paix,
Rappelant en outre la résolution du 17 janvier 2013 sur les recommandations de la conférence d'examen du traité sur la non-prolifération concernant l'établissement d'un Moyen-Orient exempt d'armes de destruction massive,
Rappelant ses résolutions 2310 (2016) du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée à l'occasion du vingtième anniversaire du traité sur l'interdiction complète des essais nucléaires (TICE), ou encore la résolution 70/33 du 7 décembre 2015 de l'Assemblée générale des Nations unies intitulée «Faire avancer les négociations multilatérales sur le désarmement nucléaire», ainsi que le rapport à l'Assemblée générale des Nations unies du Groupe de travail à composition non limitée chargé de faire avancer les négociations multilatérales sur le désarmement nucléaire, adopté le 19 août 2016 (A/71/371),
Conscient de l’importance du rôle que devra jouer le Comité de l’élimination progressive des armes de destruction massives afin de favoriser la consolidation de la Paix, il est préférable de favoriser le désarmement de certains Pays.
Rappelant tout de même que la Turquie (membre de l’OTAN) est devenue un Pays plus important sur le sujet de la non-prolifération nucléaire au Moyen-Orient. Ses relations positives avec Israël, l'Iran et la plupart des pays arabes lui donnent l’occasion de jouer un rôle de médiateur.
1. Décide de discuter de l'action qu’ils pouvaient entreprendre pour soutenir la Conférence sur l’établissement d’une zone exempte d'armes nucléaires et de toutes autres armes de destruction massive au Moyen-Orient

2. Décide également, à la suite de cette conférence, de soutenir ce projet en établissant une seconde conférence (Horizon 2012) portant sur la stratégie et les manifestations publiques pour soutenir une telle zone au Moyen-Orient

Commission du désarmement-La Turquie

# 19/02/2017 à 21:49 AZYMAH

COMITE : La Commission du Désarmement
ISSUE : Comment peut-on participer à l’élimination progressive des armes de destruction massive ?
MEMBRE DE L’ETAT MAJOR :
POSITION :
Introduction :
Les armes de destruction massive sont des armes conçues pour tuer une grande quantité de personnes, en visant aussi bien les civils que les militaires. Ces armes ne sont en général pas utilisées sur un objectif très précis, mais plutôt sur une zone étendue d'un rayon dépassant le kilomètre, avec des effets dévastateurs sur les personnes, l'infrastructure et l'environnement.
Ces armes constituent un risque d'extermination des populations, y compris chez l'attaquant en cas de représailles par armes de destruction massive si le pays cible en dispose également. Elles sont donc très liées au concept de dissuasion, et constitue le degré ultime de l'armement, avec des implications lourdes en politique étrangère.
Termes clés :
Les armes nucléaires : Leurs effets sont plus destructeurs et prévisibles que ceux des armes chimiques et biologiques. On considère aujourd’hui, que les armes nucléaires sont plus fiables et peut-être même plus crédibles que les autres. Leurs hautes technologies et la maîtrise qu’elles requièrent sont exclusivement réservées aux grandes puissances.
Les armes chimiques Elles sont utilisées dans des attaques terroristes contre des civils. De plus, leur mise au point, fabrication et entretien sont nettement plus faciles et coûtent beaucoup moins cher que ceux des armes nucléaires. Il n'empêche que, d'un point de vue militaire, les armes chimiques sont inférieures aux armes nucléaires en raison de leurs effets imprévisibles et des autres inconvénients.
Les armes biologiques sont encore plus faciles à fabriquer que les armes chimiques ou nucléaires et coûtent beaucoup moins cher. Tout pays ou tout groupe infra-étatique déterminé à fabriquer un agent biologique peut probablement le faire avec un investissement minimal et, même si la diffusion des agents biologiques est difficile, certains moyens de dissémination peuvent être obtenus assez facilement.
Aperçu général :
Les armes nucléaires sont les armes les plus dangereuses qui existent. Une seule d’entre elles peut détruire une ville entière, faire des millions de morts et mettre en péril l’environnement naturel et la vie des futures générations, du fait de ses conséquences catastrophiques sur le long terme. On considère qu’il reste environ 22 000 armes de ce type dans le monde aujourd’hui. Sans oublier de parler des 2 000 essais d’armes nucléaires qui ont été réalisés à ce jour et qui ne sont pas sans conséquences. Le désarmement est la meilleure protection contre ces dangers, mais jusqu’à présent la poursuite de cet objectif a été un défi d’une extrême difficulté.

Pays et organisations concernés

Les cinq puissances nucléaires "officielles" sont : les États-Unis, la Russie, la France, le Royaume-Uni, la République populaire de Chine, c'est à dire les États membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU. Note : les armes nucléaires ne sont pas forcément localisées sur les territoires des États, elles peuvent être embarquées à bord des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE)
Les États non signataires du TNP ayant développé l'arme nucléaire sont : Corée du Nord ; Inde ; Israël Pakistan. L'Inde avait réalisé une explosion nucléaire dès 1974. Après y avoir temporairement renoncé, elle a repris ses recherches et dispose à présent d'armements nucléaires.
Le terme TNP désigne :
• Le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires
Implication de l’ONU
L’ONU s’efforce d’éliminer ces armes depuis sa création. La première résolution adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1946 a créé une commission chargée d’étudier, entre autres, les problèmes soulevés par la découverte de l’énergie atomique. La Commission devait présenter des propositions en vue, notamment, d’assurer le contrôle de l’énergie atomique dans la mesure nécessaire pour assurer son utilisation à des fins purement pacifiques. Dans sa résolution, l’Assemblée a décidé également que la Commission devait présenter des propositions en vue « d’éliminer, des armements nationaux, les armes atomiques et toutes autres armes importantes permettant des destructions massives ».
Solutions internationales :
Les armes nucléaires sont l'objet d'un certain nombre d'instruments de contrôle au niveau mondial. Les plus importants sont le Traité sur la non-prolifération (TNP) et le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE).
Les Etats dotés d’armes nucléaires, sont tenus de ne pas transférer d'armes nucléaires ni aider les États non dotés d'armes nucléaires à en fabriquer et les seconds ne doivent pas fabriquer ni acquérir d'armes nucléaires.
Les États doivent poursuivre de bonne foi, des négociations sur des mesures de désarmement nucléaire.
Il faut interdire la production et le déploiement d'armes nucléaires dans une zone géographique définie. Cela permet aussi de calmer ceux qui seraient tentés par la prolifération nucléaire.
Il est impératif que les gouvernements déploient tous les moyens pour contrôler le commerce des armes et, mettent fin à la prolifération d’armes de destruction massive.

# 20/02/2017 à 22:20 Mounib Adam (République du Kazakhstan)

COMMISSION DU DÉSARMEMENT

PROBLEMATIQUE : Comment peut-on participer à l’élimination progressive des armes de destruction massive ?

SOUMIS PAR : La République du Kazakhstan

La Commission du Désarmement,

Réaffirmant ses précédentes résolutions concernant la non-prolifération des armes chimiques, bactériologiques, nucléaires, ou encore les diverses résolutions menant à une réduction des tensions internationales afin de limiter le développement de ces armes, et plus particulièrement les résolutions A/RES/70/36A/71/122/Add.1
, A/C.1/71/L.12 et plus particulièrement la résolution 1540 (2004) du conseil de sécurité des Nations-Unis,

Préoccupé des situations géopolitiques pouvant pousser à des crimes de masses, et à l’exploitation de ces armes de destruction massives, notamment suite à l’utilisation d’armes chimiques par l’Etat Islamique dans la ville de Mossoul,

Saluant, les efforts effectués par les diverses organisations, et délégations internationales, ayant pour but de réduire les tensions géopolitiques entre les états dotés d’armes de destructions massives, et de lutter contre la prolifération de ces armes à haut risque,

Convaincu du fait que la non-prolifération des armes de destructions massives, mènera notre monde vers un idéal de paix, un allégement des tensions, et à un développement mondial bénéficiant également à tous les Etats,

Accueillant avec satisfaction le rapport du secrétaire général du X Mars 2017,

1. Appelle à un débat commun, encourageant la prise de parole des peuples concernant la non-prolifération des armes de destructions massive dans leurs pays respectifs ;

2. Encourage les Etats à se concerter, et à dialoguer afin de permettre une non-prolifération de ces armes dans les délais les plus brefs possibles ;

3. Demande aux Etats de prendre conscience du danger majeur que représente les armes de destruction massives dans un monde de plus en plus ouvert et interconnecté ;

4. Condamne avec fermeté les plus récents essais nucléaires, notamment effectués le plus récemment par La République Populaire de Corée ;

5. Regrette le souhait de nombreux Etats à se doter de ces armes de destructions massives ;

6. Souhaite par conséquent, la mise en vigueur de sanctions diverses à l’encontre des Etats cherchant à se doter d’armes nucléaires ;

7. Appelle à une défense des territoires potentiellement marqués ou concernés par diverses catastrophes faites par des armes de destruction massive ;

8. Réclame un examen dans les plus brefs délais des armes de destructions massives des Etats étant légalement en leurs possessions, afin d’être persuadé que celles-ci respectent des normes de sécurités majeurs ;

9. Encourage la création d’un fond monétaire commun entre tous les états afin de permettre un aide économique pour faciliter la destruction de ces armes ;

10. Exprime son soutient avec une des plus grandes gratitudes qui soit les Etats, les organismes, et les citoyens prenant position sur cette question majeure pouvant influencer le bon fonctionnement de notre monde ;

11. Décide de demeurer saisie du débat ;

12. Souhaite la création d’un comité permanent au sein des Nations-Unis veillant à la bonne mise en vigueur des diverses résolutions adoptées visant à permettre la non-prolifération des armes de destructions massives, veillant ainsi à une réduction des tensions à l’échelle planétaire ;

13. Demande les divers états à mettre en avant les intérêts pacifiques bénéficiant à tous, plutôt que des intérêts politiques vains ;

14. Ordonne la formation d’un traité dans les plus brefs délais par le comité mentionné précédemment ayant pour but de faire obstacle à l’Etat Islamique ;

15. Encourage le lancement de vastes opérations militaires à l’encontre de l’Etat Islamique et de divers groupes tel que Al-Qaida, ou Boko-Haram, et de leurs retirés de la manière la plus rapide possible les diverses armes de destruction massives, potentiellement chimiques et bactériologiques dont ils peuvent être en possession ;

16. Exhorte l’anéantissement des armes de destruction massive de manière progressive
1) L’anéantissement de ces armes de destructions massives sera financé par le fond monétaire mentionné en clause 9
2) L’élimination de ces armes sera faite avec la surveillance du comité permanent au sein des Nations-Unis mentionné en clause 12

# 23/02/2017 à 03:54 Agnaou Anouar

Résolution
FORUM : COMMISSION DU DÉSARMEMENT
QUESTION : Comment peut-on participer à l'élimination progressive des armes de destruction massive ?
SOUMIS PAR : GRANDE-BRETAGNE
LA COMMISSION DU DÉSARMEMENT,
Réaffirmant ses précédentes résolutions relatant des ADM (armes de destruction massives) : A/C.1/71/L.12, A/71/122/Add.1, ainsi que la résolution 1540 datant de 2004 abrogé en conseil de sécurité des Nations Unies,
Saluant les États ayant pour la peine signé le TNP (traité de non-prolifération),
Profondément préoccupé, par le Canada s'opposant fermement à un effort du désarmement nucléaire,
Reconnaissant en vers l'ONU d'avoir pour la peine mis en doute le désarmement de la Côte d'Ivoire qui en effet 300 tonnes d'armes et de munitions qui ont été achetées par les Forces nouvelles au lendemain de la crise post-électorale de 2010-2011,
Félicite l’OTAN pour son travail mené à l’encontre des armements ainsi déclaré dans son rapport Harmel,
1- Exprime sa sérieuse préoccupation concernant les bombes atomiques ainsi pour limiter les risques, elles ne devront en aucun cas dépasser le nombre de trois par État ;
2- Adjure l'utilisation d'ADM qu'en cas de force majeur tel qu'une attaque inopinée ainsi l'Etat en question ayant recours à la bombe atomique sera formellement interdit de mettre à mort des civiles pour le bien de sa nation ;
3- Encourage la mise en place d'une variante nuisant aux Etats détenant des armes nucléaires en mettant en place un impôt qui diffère entre les Etats par rapport aux nombres d'ADM détenue par l'Etat et donc le prix à payer ;
4- Invite chacun des Etats à détruire chaque années vingt pour-cent de leurs réserves d'armes de destruction massive ce qui permettra en outre dans les années avenirs une suppression totale d'ADM mais cette close n'interagit pas pour les bombes atomiques comme stipulées à la close une ;
5- Déplore qu'il sera nécessaire de déclarer à l'ONU le nombre d'armes nucléaires que détient l'Etat en question. Dans le cas échéant, il s'avèrera que l'ONU de prendra des mesures qui seront conséquentes allant même à l'exclusion de l'ONU ;
6- Exige que la production des ADM soit désormais interdite afin d'en permettre sa suppression progressive ;
7- Propose à l'OTAN d'exhorter la possession d'ADM afin de différer aux autres Etats non membres de l'OTAN un climat de confiance pour ainsi mettre en place ce système ;
8- Propose de nouveau de réunir toutes les armes nucléaires de tous les états pour ainsi les utilisés dans le cadre de missions contre le terrorisme ;
9- Soutient le fait d’interdire l’importation et l’exportation d’ADM sauf si tous les États membres de l’accord de Wassenaar se désistent ;
10- Demande instamment à chacun des États de tenir une position pacifiste que belliciste ce qui serait en toute évidence positif à tous.

# 28/02/2017 à 08:47 Russian Federation

Forum: HdBMUN 2017 Conference

Submitter: Russian Federation

Committee: Disarmament commission

For a progressive elimination of Weapons of Mass Destruction

The Disarmament committee,

Emphasizing on the fact that the Russian Federation has been a strong advocate of a comprehensive multilateral approach to addressing disarmament issues provided that principles of strategic stability and equal and undiminished security for all are met,

Recalling that the UN disarmament machinery, endorsed almost forty years ago, enjoys all the necessary authority and tools to address issues in the field of arms control, disarmament, and non proliferation; and that our objective is to work intensively to make it more efficient under the current circumstances,

Stating the Russian Federation strongly believes in the current effectiveness of the United Nations Disarmament Commission (UNDC) and of the Non-Proliferation Treaty (NPT), regarding the objective of 0 nuclear weapons,

Concerned about the current trend to foster inflated expectations and, sometimes, demands in the field of nuclear disarmament that are far beyond means and resources available to the Nuclear States, undermining the credibility of the Treaty,

Noting that along with unprecedented reduction of nuclear arsenals by Russia and the United States (US) other nuclear weapon States for some reason still remain on the sidelines, their aggregate nuclear capabilities being currently comparable to the threshold that Russia is obliged to attain under the START Treaty,

Reminding that we responsibly implement our obligations under Article VI of the NPT, proved by rather considerable results already achieved: the nuclear arms race was halted long time ago and for the third decade now we have been sustainably reducing the Russian nuclear arsenal on a step by step large scale basis which shows Russia is ready for the most serious conversation on nuclear disarmament but unfortunately, under the current international situation, we witness the directly opposite trend,

Deeply alarmed our Western partners have been pushing the situation in the field of anti ballistic missiles to the point of no return by:

Building a US anti missile base in Romania, relocating four US Navy destroyers with anti-missile potential to the Rota base in Spain, implementing another US anti ballistic missile base in Poland and adding interceptor missiles with higher precision characteristics to armory,

The US and NATO conserving the same missile defense plans after a successful agreement on the Iranian nuclear program, which was a crucial argument justifying the deployment of missile defense system. From this we assume that the genuine goal of the US global missile defense is originally the Russian nuclear forces even though we are regularly assured about the contrary,

The US anti missile systems of THAAD deployment in South Korea, thus enhancing existing tensions in the Korean peninsula and having direct implications globally,

Maintaining and modernising the US nuclear weapons capable of reaching the Russian territory in Europe,

Practicing joint strategic planning by the NATO Member States, conducting nuclear “sharing missions” during which they train of non nuclear states armed forces to prepare and use nonstrategic nuclear weapons, contradicting articles I and II of the NPT,

The US concept of a prompt global strike and its reluctance to abandon the idea of placement of weapons in outer space has a hugely destructive potential.

Very deeply alarmed by the anti-Russian NATO burst, with the deployment of thousands of troops and hundreds of vehicles in Poland and the Baltic States, and the expulsion of 35 Russian diplomats of the US,

Concerned that the Comprehensive Nuclear-Test-Ban Treaty (CTBT) is yet to come in force, over 20 years after its adoption, and reminding that the US still haven’t ratified it, and that India and Pakistan haven’t signed it,

Calls upon all UN member states to fully work and comply with existing Treaties and Commissions as they fulfill all roles necessary for disarmament;

Proposes that States put forward realistic ambitions and propositions to the public and media to allow talks to take place correctly and conserve a positive image on the efficacy of Treaties, Commissions and Talks;

Urges NATO to stop sharing its Nuclear weapons with Belgium, Germany, Italy, the Netherlands and Turkey, the UN to increase the pressure on the Democratic People's Republic of Korea (DPRK) to drop its Nuclear weapon program, India and Pakistan to come to a peaceful settlement to suppress the local Nuclear capacity and threat and Israel and Palestine to come to an agreement to dismantle the Israeli Nuclear weapons;

Strongly condemns NATO’s aggressive policy, especially the US’s: the Russian Federation cannot tolerate a manipulation of media and public opinion by Western powers to justify Russian containment ;

Strongly urges NATO to scale down all operations in Eastern Europe and cancel any anti-missile shield operation;

Calls upon member states to ratify the CTBT and enforce it.

# 01/03/2017 à 12:15 Samy El Ibrahimi, Délégation du Togo

Commission : Commission du désarmement
Question : Comment lutter contre les armes de destruction massive ?
Auteur de la résolution: Togo.

Assemblée générale,

Célébrant le 49ème anniversaire du Traité de non prolifération des armes nucléaires qui accorde énormément d’importance à la sécurité internationale en limitant l’apport des armes nucléaires, biologiques, incendiaires et autres,

Consciente du fait que pourtant, les armes de destruction massive représentent, au XXIème siècle, un danger plus fort que jamais,

Rappelant les innombrables morts ayant eu lieu à Hiroshima et Nagasaki en 1945 à travers l’utilisation de la bombe nucléaire par les États Unis, ce qui témoigne de la puissance d’une arme qui a été conçue il y a plus de 70 ans,

Notant pourtant qu’avec l’aide des nations présentes et de la commission du désarmement, le problème des armes de destruction massives peut être enrayé de manière presque définitive,

Réaffirmant son souhait de voir un monde exempt de la menace permanente des armes de destruction massive,

Contribuant au combat permanent contre la prolifération des armes de destruction massive,

1) Encourage vivement les nations présentes à établir une sorte de réseau entre pays visant à prévenir la fabrication par toute société/entreprise étatique ou non d’armes de type biologique, incendiaire ou nucléaire ;

2) Recommande l’interdiction du développement, la production, l’acquisition, le transfert, la conservation, et le stockage des armes répondant aux critères des armes de destruction massive dans des contrées sans l’accord des Nations Unies ;

3) Demande le démantèlement des réseaux et des entreprises dont la production et la fonction principale est de fabriquer des armes de destruction massive ;

4) Appelle à une aide internationale venant de tout les pays membres des Nations Unies ;

5) Condamne l’obtention par quelconque moyen l’obtention d’une arme de destruction massive ;

6) Interdit la tentative de menacer d’autres États à travers la possession d’une arme de destruction massive ;

7) Préconise la création d’un tribunal international dont la fonction principale sera de juger et sanctionner les manquements à ces règles.

# 09/03/2017 à 12:48 Uruguay

Forum: HDBMUN 2017 Conference

Submitter: Oriental Republic of Uruguay

Committee: Disarmament commission

For a progressive elimination of Weapons of Mass Destruction

The Disarmament committee,

Noting the importance of Oriental Republic of Uruguay participation in the second conference on the humanitarian impact of nuclear weapons, hosted by Mexico in February 2014.

Emphasizing on the fact that the Oriental Republic of Uruguay has been a strong advocate of a comprehensive multilateral approach to addressing disarmament issues provided that principles of strategic stability and equal and undiminished security for all are met,

Observing the fact that humanitarian impact of nuclear weapons has become the dominant theme in the international nuclear weapons debate in recent years, but that there is an urgent need for states to follow up on this initiative if it is going to lead to real and sustainable change in the field of nuclear disarmament.

The Oriental Republic of Uruguay express its concern at the lack of progress in multilateral nuclear disarmament negotiations, as indicated by the 15 years long deadlock in the Conference on Disarmament in Geneva.

Stating that the Oriental Republic of Uruguay is part of the International Campaign to Abolish Nuclear Weapons (ICAN) and that ICAN believes that it is time for states to develop a new legal instrument prohibiting nuclear weapons, even if nuclear-armed states refuse to participate.

Concerned that the fact that there is no explicit legal prohibition of nuclear weapons constitutes a legal anomaly among weapons of mass destruction.

Asks that the committee join forces with other parliamentarians by signing ICAN’s parliamentary appeal for a ban on nuclear weapons.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau