Comment lutter contre le financement et la prolifération du terrorisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ?

# 20/02/2017 à 02:40 Délégation Égyptienne

L’Egypte,
Considérant que le terrorisme est la première source de conflit et d’insécurité dans le monde,
Alarmé par l’augmentation depuis le début du 21ème siècle des actes terroristes dans le monde passé de moins de 2 000 en l’an 2000 à près de 14.000 en 2015,
Conscient de la difficulté de recensement des collaborateurs et des échanges des groupes terroristes,
Gravement préoccupé du pourcentage d’attentats terroristes ayant atteint leurs objectifs immédiats, à savoir l’assassinat de civils, de policiers, de militaires ou de fonctionnaires, estimé à plus de 90%,
Réitérant les conventions mises en place telles que la convention internationale pour la répression du financement du terrorisme adoptée en décembre 1999,
Agissant pour la mise en place d’un mouvement multilatéral dans le but du maintien de la sécurité universelle et de l’entraide entre les pays afin de limiter les actions du fléau qu’est le terrorisme,
Exprimant sa vive satisfaction due à la multiplication des relations bilatérales entre les pays du Moyen-Orient et ceux d’Afrique du Nord afin de combattre et de mettre fin aux actions des groupuscules terroristes à l’image de la relation entre la Turquie et l’Iran ayant permis une lutte conjointe contre le terrorisme présent en Irak ou encore l’entraide entre l’Egypte et Israël aboutissant à la mise en place du blocus de la bande de Gaza,
Gravement préoccupé des « actifs d’un montant évalué à 1 800 milliards d’euros, avec des revenus annuels de 2,7 milliards » dont disposerait l’Etat Islamique,
Soulignant que le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sont riches en matière première pouvant permettre l’autofinancement des groupes terroristes par le contrôle de ressources pétrolières et gazières,
A l’occasion de cette réunion,
1 Propose la régression de l’anonymat pour les institutions fiscales ayant pour but de vérifier les flux de capitaux et économiques dans les banques notamment en obligeant la justification de tout mouvement de fonds suspect ;

2 Invite tous les pays ne l’ayant pas déjà fait à la mise en place d’une commission ayant pour but de surveiller les flux monétaires et les flux fiscaux notamment grâce à la clause stipulée ci-dessus ;

3 Encourage l’usage de moyens de financement par les populations autres que l’argent dit « cash » ne laissant pas de trace mais privilégiant l’usage de chèque, de carte de crédit, etc… ;

4 Appelle les états membres à la création d’unités de services de renseignement capables d’infiltrer ces organisations terroristes afin de surveiller les dangers pouvant les menacer ;

5 Souligne l’importance de la mise en place de campagnes de sensibilisation contre le terrorisme dans les écoles notamment dans les zones dites « dangereuses » et « prioritaires » afin de diminuer la radicalisation des individus;

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau