Comment lutter contre le financement et la prolifération du terrorisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ?

# 30/10/2016 à 15:14 Commission du désarmement (site web)

Postez ici vos résolutions 2017

# 08/02/2017 à 19:25 AZYMAH

Résolution adoptée pour la lutte contre le financement et la prolifération du terrorisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord
États membres de la commission du désarmement qui seront membre du comité d’organisation de la commission de consolidation de la paix

La commission du désarmement,
Rappelant la résolution 1373 (2001) et 1624 (2005) du Conseil de sécurité, le Comité contre le terrorisme s’emploie à renforcer l’aptitude des États Membres des Nations Unies à empêcher les actes de terrorisme à l’intérieur de leurs frontières et dans l’ensemble des régions. Il a été créé à la suite des attaques terroristes du 11 septembre aux États-Unis d’Amérique,
Rappelant également en particulier, les principes, dans l’article 9 et 10 de son règlement, demandant aux pays de la région de « s'abstenir d'exporter le terrorisme et des armes vers les pays voisins, car cela renforçait encore l'instabilité qui y règne », afin de répondre aux menaces et aux problèmes de sécurité, ils soulignent également l’importance d'entretenir des dialogues régionaux avec la Turquie et l'Iran, insistant sur la nécessité de renforcer la coopération avec la Turquie dans la lutte contre le terrorisme; puisque en tant que membre de l'OTAN, elle peut jouer un rôle de premier plan dans la lutte contre le groupe "État islamique",
Rappelant en outre ses résolutions, la résolution 1373 (2001) du Conseil de sécurité, adoptée à l’unanimité le 28 septembre 2001, appelle les États Membres à mettre en œuvre un certain nombre de mesures conçues pour renforcer leur capacité juridique et institutionnelle de lutte contre les activités terroristes et la résolution 1624 (2005) visant l’incitation au terrorisme, en appelant les États Membres à l’interdire en droit, l’empêcher et refuser l’asile à toute personne « au sujet de laquelle on dispose d’informations crédibles et pertinentes selon lesquelles il existe des raisons sérieuses de penser qu’elle est coupable d’une telle incitation »,
Rappelant la résolution 2320 (2016), le Conseil a en outre insisté sur la nécessité de rendre « plus prévisible, durable et souple » le financement des opérations de soutien à la paix dirigées par l’Union africaine et autorisées par lui en vertu du Chapitre VIII de la Charte des Nations Unies,
Conscient de l’importance du rôle que devra jouer la commission de désarmement contre le financement de la prolifération du terrorisme afin de renforcer les stratégies, de répondre aux menaces ainsi qu’aux problèmes de sécurité,
Rappelant que la coopération avec la Turquie est nécessaire, puisque en tant que membre de l'OTAN, elle joue un rôle de premier plan dans la lutte contre le groupe "État islamique",
1. Décide, lors de la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale, la constitution d’une mission d’information portant sur les moyens de Daesh en général, l’organisation mobilisant des moyens matériels en s’appuyant également sur une propagande redoutablement efficace,

2. Décide également, dès le mois de février 2016, la commission d’enquête en application de l’article 6 de l’ordonnance n° 58 1100, permettant, d’une part, d’accéder à des données de l’autorité de régulation et de contrôle des banques afin d’évaluer la mise en œuvre par les établissements bancaires de leurs obligations en matière de lutte contre le financement du terrorisme, et, d’autre part, d’obtenir des informations normalement protégées .
Commission de désarmement-La Turquie

# 19/02/2017 à 21:51 AZYMAH

COMITE : La Commission du Désarmement
ISSUE : Comment lutter contre le financement et la prolifération du terrorisme au Moyen-Orient et en Afrique du Sud ?
MEMBRE DE L’ETAT MAJOR :
POSITION :
Introduction :
La Malaisie lutte contre le financement du terrorisme.
Notre pays condamne fermement les attentats qui ont été perpétrés récemment par des groupes terroristes et des terroristes en Europe, au Proche Orient, en Afrique et en Asie. Le terrorisme représente une menace directe pour l'ensemble des pays et toutes les personnes, quelles que soient leur origine ethnique, leur religion ou leurs convictions. À l'heure de la mondialisation, il n'est possible de contrer ce type de menace que par une coopération internationale et une action déterminée au niveau national. Dans l'ensemble, la Malaisie dispose d'un cadre juridique solide de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme avec les politiques généralement bien développées et mises en œuvre.
Termes clés :
Le terrorisme est un ensemble d’actes de violence ( attentats, prises d’otages, etc.) commis par une organisation pour créer un climat d’insécurité, pour exercer un chantage sur un gouvernement, pour satisfaire une haine à l’égard d’une communauté, d’un pays, d’un système. On comprend que la notion de terrorisme renvoie nécessairement à un comportement illicite visant à terroriser, cependant le terme de terrorisme s’utilise non pas pour designer un seul type d’acte défini mais différentes situations où le crime commis prend une autre dimension que celle d’un délit commun.
Le financement des activités terroristes consiste à réunir des fonds pour la réalisation d'activités terroristes. Il peut faire appel à des fonds provenant autant de sources légales, comme les dons personnels et les profits provenant d'entreprises ou d'organismes caritatifs, que de sources criminelles, comme le trafic de stupéfiants, la contrebande d'armes et d'autres produits, la fraude, les enlèvements ou l'extorsion. Toutefois, contrairement au blanchiment d'argent, les opérations financières liées au financement des activités terroristes sont en général constituées de petites sommes. Par conséquent, lorsque les terroristes recueillent des fonds de sources légales, il est donc plus difficile de détecter et de suivre la trace de ces fonds.
Aperçu général :
Il faut encourager les États à appliquer les normes internationales détaillées faisant l’objet des quarante recommandations sur le blanchiment de capitaux et des neuf recommandations spéciales sur le financement du terrorisme du Groupe d’action financière, en ayant à l’esprit qu’une assistance pourra leur être nécessaire à cet égard.
Il faut encourager le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime et l’Organisation internationale de police criminelle à coopérer davantage avec les États afin de les aider à respecter pleinement les normes et les obligations internationales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Pays et organisation concernés :
Le Groupe d’action financière sur le blanchiment des capitaux (GAFI), organisation gouvernementale internationale, est à l’origine de ce combat mondial : ses compétences dans la lutte contre le blanchiment ont été mises au service de la lutte contre le financement du terrorisme. .Blanchiment d’argent et financement du terrorisme ont plusieurs points communs. Tous deux sont, par leur nature même, des activités financières secrètes menées à l’échelle internationale. Mais le financement du terrorisme diffère des modèles habituels du blanchiment où les criminels doivent trouver un moyen de blanchir leurs profits illicites. Les sommes concernées sont colossales. Il est d’ailleurs impossible de connaître le montant total d’argent impliqué dans le monde.
L’Arabie saoudite forme une coalition islamique de 34 Etats pour lutter contre les actes terroristes et leur financement.
Parmi les membres de cette coalition figurent la Jordanie, les Emirats arabes unis, le Pakistan, Bahreïn, le Bangladesh, le Bénin, la Turquie, le Tchad, le Togo, la Tunisie, Djibouti, le Sénégal, le Soudan, la Sierra Léone, la Somalie, le Gabon, la Guinée, la Palestine, la République fédérale islamique des Comores, le Qatar, la Côte d’Ivoire, le Koweït, le Liban, la Libye, les Maldives, le Mali, la Malaisie, l'Égypte, le Maroc, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria, le Yémen et l’Arabie saoudite.
Implication de l’ONU
Sa mission :
• Ériger en infraction le financement du terrorisme.
• Geler sans attendre tous les fonds des personnes impliquées dans des actes de terrorisme.
• Interdire que les groupes terroristes reçoivent un soutien financier quel qu'il soit.
• Refuser de donner l'asile aux terroristes, de leur offrir des moyens de subsistance ou de leur apporter un appui.
• Échanger des informations avec les autres gouvernements sur tout groupe préparant ou planifiant des actes terroristes.
• Coopérer avec les autres gouvernements en ce qui concerne les enquêtes sur ceux qui sont impliqués dans de tels actes, leur détection, leur arrestation, leur extradition et les poursuites à leur encontre.
• Ériger en infraction dans le droit interne l'apport d'un appui, actif ou passif, au terrorisme, et traduire les coupables en justice.
Solutions possibles :
« Aucun pays ne peut seul relever ce défi «
La Malaisie juge indispensable de mettre en place le cadre juridique nécessaire à la criminalisation du financement du terrorisme et à l’application des sanctions financières. Dans notre pays, les fonctionnaires chargés du contrôle des transactions financières partagent chaque jour des informations avec leurs partenaires régionaux et internationaux. La Malaisie travaille sans cesse à l’identification des plus grandes menaces des terroristes, y compris le mode opératoire du financement du terrorisme. Notre pays, s’efforce d’affiner les techniques d’enquête et la formation.

# 20/02/2017 à 22:16 Mounib Adam ( République du Kazakhstan)

COMMISSION DU DESARMEMENT
PROBLEMATIQUE : Comment lutter contre le financement et la prolifération du terrorisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ?
SOUMIS PAR : La République du Kazakhstan

La Commission du désarmement,

Réaffirmant ses précédentes résolutions à propos du financement et de la prolifération du terrorisme et plus particulièrement les résolutions 1373 (2001), 1267 (1999), 1624 (2005), 1989 (2011) et 2253 (2015),

Conscient de l’effroyable situation terroriste au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et des tensions géopolitiques majeurs, que se doivent d’être solutionné, irradiés et vaincus par des valeurs fortes qui sont les valeurs républicaines, de la justice, de l’ordre et du droit,

Se félicitant des nombreux progrès effectués par les différentes délégations concernant la lutte contre le terrorisme, et la lutte contre les crimes de masses, afin de remettre en place ordre et justice en Syrie, en Irak, et en Afrique du Nord

Regrette avec fermeté, les financements illégaux et le blanchiment de capitaux en faveur d’entreprises et de groupe de terroristes,

Horrifié de part la violence de la situation dans les pays instables de cette région, et des menaces que les groupes terroristes tel que Al-Qaida, Boko Haram, AQMI, et l’EI, pour le fonctionnement de notre monde et pour un aboutissement à une paix globale, allant jusqu’à menacer et perpétrer des attentats à l’étranger,

Déplore également les amalgames religieux, portant préjudice aux personnes musulmanes notamment en Europe, qui ne font que développer précarité et chômage au près de ces minorités, ne faisant qu’alimenter les sources du terrorisme et de l’embrigadement extrémiste islamiste,

Accueillant avec satisfaction le rapport du secrétaire général du X Mars 2017,

1. Décide de prolonger les missions humanitaires, ayant lieu des les zones à conflit en Afrique et au Moyen-Orient ;

2. Exprime son soutien aux combattant pour la démocratie, l’ordre et la lutte contre la barbarie ;

3. Demande aux Etats et aux organisations présentes de la région que sont l’Union Africaine et la Ligue Arabe, afin de favoriser un débat politique, et d’aboutir à de véritables progrès dans les territoires terroristes ;

4. Condamne tout soutien aux groupuscules terroriste, poussant à la violence, et au meurtre, remettant en cause la paix dans la région ou s’attaquant aux installations des Nations-Unis
5. Exige à ce que les amalgames religieux et ethniques n’aient pas lieu ne faisant qu’alimenter les entreprises terroristes en possibles embrigadés

6. Décide de demeurer saisi du débat ;

7. Souhaite l’étude poussées à propos des relations économiques et financière que rapportent certains Etats et entreprises à des groupes terroristes ;

8. Encourage la GAFI (Groupe d’action Financière) à poursuivre ses opérations de lutte contre le blanchiment de capitaux, et le financement de terrorisme ;

9. Propose de lutter de différentes manières contre la diffusion de la propagande et contre la propagation d’idéologies radicales
a. Demande une vague opération de clôture des sites internet diffusant des contenus appelant à la barbarie et à l’horreur ;
b. Accueille favorablement les enquêtes judiciaires à l’encontre des lieux de cultes extrémistes ;

10. Souhaite l’octroi d’aides et de soutien diplomatique envers les Etats victimes du terrorisme à grande envergure allant jusqu’à remettre en cause l’Etat de droit ;

11. Demande des recherches et des initiatives en faveur de la traçabilité des transactions financières internationales ;

12. Condamne ainsi les actes des paradis fiscaux participant au financement du terrorisme en ne traçant pas les flux financiers et accueillant divers fonds sans connaître leurs origines ;

13. Appelle tous les états à faire front commun face à l’obscurantisme et à la barbarie, à être bien plus pacifiques entre eux en mettant de coté de les intérêts politique en valorisant les intérêts de tous ;

14. Demande à ce que les Etats ne bénéficient pas de fonds issus des groupuscules terroristes, mettant ainsi en danger leurs peuples ;

15. Invite à trouver des réponses aux questions sociales que présente le chômage de masse, et la précarité pour les personnes notamment issues de l’immigration, qui adhérent en réponse à cela à des groupes terroristes ;

# 24/02/2017 à 04:36 Agnaou Anouar

Résolution
FORUM : COMMISSION DU DÉSARMEMENT
QUESTION : COMMENT LUTTER CONTRE LE FINANCEMENT ET LA PROLIFÉRATION DU TERRORISME AU MOYEN-ORIENT ET EN AFRIQUE DU NORD ?
SOUMIS PAR : GRANDE-BRETAGNE
LA COMMISSION DU DÉSARMEMENT,
Réaffirmant ses précédentes résolutions relatant du financement et de la prolifération du terrorisme ainsi que ses résolutions abrogées au Conseil de Sécurité : 1373 (2001) ; 1624 (2005) ; 2249 (20 novembre 2015),
Constate avec préoccupation l'ampleur du terrorisme touchant tous les Etats confondus démontrant ainsi les défauts de sécurité,
Reconnaissant au GAFI pour la lutte entreprise contre le financement du terrorisme,
Notant avec regret les conséquences sociales dues au terrorisme touchant majoritairement les personnes de confession musulmanes provoquant en outre des amalgames,
Félicitant la France pour son combat mené à travers la mer Méditerranée pour rejoindre les terres avec son porte-avion Charles De Gaulle pour se rendre dans les possessions de ces coalitions,
1. Exige la mention du lieu de fabrication des matières premières par un code infalsifiable pour ne pas permettre l’achat de matière première tel que le pétrole et le coton de ces coalitions car les prix défient toutes concurrences et sont donc attrayante et contribueront ainsi au financement du terrorisme ;
2. Lance un appel à tous les États en priant de fermer leurs frontières permettant l’instauration de conditions lors de la demande d’obtention d’un visa et de rejeter toutes demandes ne correspondant pas aux attentes de l'Etat ;
3. Encourage la mise en place d’un couvre-feu pour les États touchés par la menace terroriste ;
4. Soutient la demande d’interdire tout échanges financiers vers les pays touchés par la menace terroriste tel que la Syrie ;
5. Adjure l’interdiction de réception de fonds monétaires pour tous les lieux de cultes tel que les mosquées radicalisées provenant en dehors de l’État où se trouve ce lieu de culte ;
6. Cherche à mettre en place une surveillance accrue dans les sites de propagande pour ainsi obtenir plus d’informations sur l’identité des personnes visitant ces sites et donc d’en tiré des mesures possibles ;
7. Recommande l’abaissement du plafond de transfert de capitaux lors du passage aux frontières à 5000€ équivalent à 5311,75$ américains ;
8. Demande instamment une restriction aux opérateurs téléphoniques concernant l’utilisation de cartes prépayées en demandant aux utilisateurs de fournir leurs identités pour ainsi obtenir une cohérence entre le numéro de téléphone et son utilisateur ;
9. Encourage l’obligation d’imposer une pièce d’identité lors d’une opération de change d’un montant supérieur à 1000€ soit l'équivalent de 1061,94$ américains ;
10. Propose la sensibilisation des jeunes de 14-25 ans dans les établissements scolaires pour lutter contre la propagande du Djihâd sur internet.

# 01/03/2017 à 12:11 Samy El Ibrahimi, Délégation du Togo

Commission : Commission du désarmement
Question : Comment stopper le terrorisme au Moyen Orient ?
Auteur : Togo

Assemblée générale,

Rappelant aux autres nations le quinzième anniversaire du tristement célèbre onze septembre 2001, date symbolisant un point de non retour du terrorisme,

Notant la récente résolution 2320 mise en place l’année précédente durant laquelle le Conseil a souligné le besoin de rendre « plus probable, stable et souple » le financement des opérations de soutien à la paix,

Horrifié par les actes de barbaries perpétrés par des cellules terroristes islamistes,

Conscient de l’ampleur du problème du terrorisme au Moyen Orient qui est plus dangereux que jamais,

Contribuant au combat permanent contre la prolifération des organisations terroristes menaçant la sécurité mondiale,

Réaffirmant sa position contre le terrorisme au Moyen Orient,

1) Recommande une étroite coopération entre les pays membres des Nations unies dans l’objectif de démanteler les organisations terroristes moyen orientales ;

2) Préconise la lutte contre la diffusion de la propagande d’idéologies radicales ;

3) Appelle à la création d’aides humanitaires destinées aux populations vivant dans des pays où le terrorisme est légion ;

4) Conseille l’arrêt du financement quel qu’il soit des groupes terroristes que ce soit par l’achat de produits mis en vente par les groupuscules que le financement venant directement d’un État ;

5) Souhaite la clôture définitive et sans appel des sites Internet extrémistes faisant l’apologie du terrorisme, des idées islamistes radicales et diffusant la haine ;

6) Invite les États à mettre en place un contrôle des frontières ;

7)Adjure une politique de sensibilisation chez les plus jeunes aux dangers du terrorisme afin d’empêcher de nouvelles victimes ;

8) Souligne une mise en place d’une enquête contre les réseaux terroristes déjà présents tels que Daesch.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau