TPG Conseil de Sécurité / Security Council

# 31/01/2016 à 13:48 Conseil de Sécurité

Vous pouvez poster ici vos TPG du Conseil de Sécurité.

# 31/01/2016 à 13:52 Angola

Commission Conseil de sécurité
Question: Protection des civils, consolidation de la paix en cas guerre, le conflit au Yemen, l’utilisation d’avions militaires dans les pays étrangers.
Sujet : Angola (ULAŞ AKSEL)

De nos jours, le terrorisme est de plus en plus présent. En effet les idéologies religieuses réunissent et divisent à la fois les peuples et cela crée des tensions entre eux. Elles ont toujours existé au cours des civilisations. Personne n´est capable d´arrêter ce phénomène. Des mesures de sécurité ont été adoptées par les pays du monde entier. Le but est de protéger les peuples contre ces attaques qui se déclenchent quand seuls les assaillants le décident. Des plans d´urgence sont mis en place dans tous les pays pour lutter contre ce phénomène. Le Gouvernement angolais a adopté une série d'actions juridiques qui visent à prévenir et à combattre le terrorisme, notamment le recrutement des terroristes en territoire national. Intervenant au débat du Comité du Conseil de sécurité des Nations Unies contre le terrorisme, le chef de la diplomatie angolaise a estimé la mise en place et le renforcement des instruments juridiques et des mesures internes comme un des moyens importants de la lutte contre le terrorisme.
Le représentant permanent de l'Angola a exprimé la préoccupation du pays face aux terroristes dans des conflits, commentant des actes de terrorisme "sans précédent". Les groupes terroristes recrutent des combattants dans le monde entier et ıls sont une menace contre tous les pays.
Il a également réitéré la participation de l'Angola dans divers séminaires. L’ambassadeur Ismael Gaspar Martins, qui a représenté l'Angola, accorde une grande importance à la protection des journalistes, soulignant que la liberté de presse et d'expression étaient importantes dans la Constitution du pays.
En ce qui concerne l´utilisation d´avions militaires, nous pouvons différencier les avions de combat et les avions de soutien. L´aviation militaire s´est développée dès le milieu de la première guerre mondiale. Maintenant nous allons voir comment protéger ces civils en cas de guerre, quelles sont les raisons des conflits au Yemen, et dans quel contexte les avions militaires sont utilisés.
Le Conseil de sécurité a, aujourd’hui, encouragé les États Membres à « définir une stratégie commune des Nations Unies en matière de prévention.
Le conflıt au Yemen
Le Yemen est touché par des guerres de religions et par des soulèvements indépendantistes et on compte 5000 morts et 25 000 blessés pendant les dernières attaques.
Le pays a, pendant des siècles, été dirigé par un Imam du courant religieux chiite et les tribus s’y soumettaient.
- Ce système d’imamat perdure jusqu‘à la révolution républicaine de 1962. Des militaires s’installent au pouvoir et le pays prend le nom de République arabe du Yémen (“Yémen du Nord”). Une guerre civile se déclenche et durera 8 ans.
- Dans le sud se crée en 1967 la République populaire du Yémen du Sud, qui, devient en 1970 la République démocratique populaire du Yémen, avec Aden pour capitale.
- En 1990, la République démocratique populaire du Yémen et la République arabe du Yémen fusionnent pour former un seul État, la République du Yémen.. Ali Abdallah Saleh devient président de cet Etat et il le restera jusqu’en 2012.
En 2011, le pays connaît des manifestations de rue qui aboutissent à la démission du président Saleh en 2012 et le début d’un processus de transition. Abd Rabbo Mansour Hadi devient président.
- En 2014, le plan de fédération proposé est dénoncé par le Président, estimant que cela limite leur pouvoir. Ils réagissent en marchant sur la capitale Sanaa. Ils en prennent le contrôle en septembre 2014.
En 2015, les membres de cette milice houthie étendent leur influence sur le pays, obligeant le président Mansour Hadi à fuir Sanaa et se réfugier à Aden.
La crise actuelle illustre la profonde division entre les populations, une division attisée par l’antagonisme entre groupes militaro-religieux .
L´utilisation d´avions militaires
Un avion de transport ou avion-cargo est un avion destiné à transporter du matériel ou des marchandises d'un point à un autre. Dans le cas d'un avion de transport militaire, il peut également servir à transporter des soldats ou des parachutistes. Par contre, dans le domaine civil, on distingue les avions-cargos des avions de ligne transportant des passagers. Les avions militaires sont utilisés en tant de guerres. Ils peuvent servir a attaquer ou a se protéger mais aussi a envoyer de la nourriture. Les avions sont utilisés en contexte de guerre.

# 03/02/2016 à 01:50 Mounib

Commission: Conseil de sécurité
Question : Les actes terroristes : comment protéger les civils et consolider la paix
Auteur : L’Uruguay


Depuis de nombreuses années, le monde est plongé dans une crise économique, qui ne va pas sans conflits de tout genre , parmi lesquels on retrouve la montée d’actes terroristes qui menacent les sociétés d’aujourd’hui mais aussi les générations futures , soutenues par des moyens de transport et de communication sophistiqués qui constituent d'excellents vecteurs de coordination de leurs activités.. Etant donné le besoins de chaque pays de s’affirmer dans une période aussi problématique, la sécurité constitue l’un des vecteurs les plus importants à prendre en compte, afin de consolider la paix et la tolérance, dans le but de permettre aux civils de vivre dans la bienséance. En effet le terrorisme désigne tout acte employant la terreur pour des raisons politiques, religieuses ou encore idéologiques, dans le but de promouvoir un courant de pensées, une personne, un régime à l’égard d’une société ou d’un groupe d’individus, pouvant ainsi constituer l’œuvre d’organisations terroristes et criminelles, d’un individu d’un Etat.

l’Uruguay figure parmi le peu de petits pays au régime démocratique fragile à avoir été victime d’actes terroristes tel que la Turquie. Considéré comme un pays à situation économique stable avec un des plus grands revenus par habitants d’Amérique du Sud, il n’en demeure pas moins qu’en 1968 un crise social s’installa comme conséquence des multiples difficultés économiques qui s’abattaient sur le pays et se solda par une révolution nationaliste du Mouvement de libération nationale, qui engagea des actes de violence envers le régime .

Avec comme ultime but , la mise en place de conditions propices à l’émancipation de la société civile , l’Uruguay a collaboré à la mise en place de divers projets de résolutions pacifistes , parmi lesquelles on peut citer ca participation à la Sixième Commission (commission juridique), réunissant, la Slovaquie, le Liban, Cuba, le Mexique, l’Ex république Yougoslave et le Soudan, traitant des questions relative aux mesures visant à éliminer le terrorisme international, appelant à la conclusion d’une convention internationale sur le terrorisme ainsi que l’élaboration dans les plus brefs délais d’un arsenal juridique permettant à la communauté internationale d’agir dans des situations de terrorismes . De plus, l’Uruguay souhaitait contribuer à l’élaboration du projet de convention internationale pour la répression des attentats terroristes à l'explosif, présenté par la France. En effet l’Assemblée générale, avait proposée dans cette mesure de confier les affaires qui traitent de la répression des attentats terroristes à l'explosif à un Comité spécial ouvert aux membres des Nations Unies, ainsi que celles en relation avec pour la répression des actes de terrorisme nucléaire à une Convention internationale.

Ainsi, L’Uruguay en tant que nouveau membre du conseil de sécurité de l’ONU souhaite s’impliquer de manière importante, afin d’éradiquer toute menace terroriste susceptible de porter atteinte à la société, par conséquent l’alliance et le soutien de plusieurs projets élaborées au niveau internationale par les Nations Unies constitue un moyen efficace de lutter contre tout acte de violence. Dans ce cadre notre pays a fait preuve d’une implication majeur concernant le conflit en Syrie opposant l’Etat Islamique s’efforçant d’instaurer sa domination sur la société Syrienne par des moyens portants atteintes aux individus puisque l’organisation des Nations Unis se sentit en besoin d’être impliquée et de fournir toujours plus de renforts, comme l’expliquait, la résolution 2258 adoptée par le Conseil de sécurité à sa 7595e séance le 22 décembre 2015 , insistant sur les services à mobiliser en matière de santé , avec le besoins du soutien de la population Syrienne afin de ne pas entraver toute tentative d’aide . Cette résolution appuie de même la responsabilité de tous pays membres des Nations Unis, tenues par leur Droit Internationale humanitaire, ainsi que par leur adhésion aux multiples résolutions de paix/ sécurité visant à mettre fin aux attaques terroristes de tous genre contre les civils.

Conscient de l’urgence et de la primauté de la sécurité au sein d’une société civile, L’Uruguay ainsi que tous les membres du Conseil de Sécurité soulignent l’obligation de poursuivre en justice les organisateurs de ces actes terroristes et ce en engageant chaque État, à coopérer activement avec les autorités, sur ces situations. Notre pays insiste donc sur la nécessité de lutter par tous les moyens, conformes à la Charte des Nations Unies et dans le cadre du droit international, contre les menaces terroristes allant à l’encontre de la sécurité internationale et freinant le développement de toutes les sociétés. Il est à noter que l’Uruguay figure parmi les nombreux pays à fournir un aide humanitaire majeure en se présentant comme pays d’accueil pour les réfugiés Syriens à la recherche d’endroits plus sécurisés. Ne possédant pas de papiers, la puissance a fourni à leurs locaux des cartes d’identité ainsi que des passeports temporaires, reconnaissant tous les pays.

En tant que membre du Conseil de Sécurité élu le 1er Janvier 2016, avec comme but ultime de déterminer l'existence d'une menace contre la paix et de réagir à un acte d'agression ainsi que de trouver des moyens pacifiques pour régler un conflit ou une dispute entre les Etats , L’Uruguay s’est montré très actif et continue ses interventions concernant la question de l’expansion des actes terroristes à travers le monde et ceci par son implication et collaboration aux multiples résolutions et projets relatifs à la sécurité des civils , qui autorise et oblige tout recours à l'imposition de sanctions ainsi que l'usage de la force pour maintenir la paix, l’ordre et la sécurité internationales, étant donné que le Conseil de Sécurité condamne fermement et juge comme « crime haineux » l’atteinte à la liberté et à la vie des civils .

# 06/02/2016 à 17:41 Nouvelle-Zélande (Gözde Ergezer) : L'utilisation d'avions militaires dans les pays étrangers

Commission: Conseil de Sécurité
Question : L'utilisation d'avions militaires dans les pays étrangers
Auteur : Nouvelle-Zélande


La Force de défense de Nouvelle-Zélande (Maoris: Te Ope Kaatua o Aotearoa, "ligne de défense de la Nouvelle-Zélande") se compose de trois services: l'armée de Nouvelle-Zélande; la Royal Air Force en Nouvelle-Zélande; et le Royal New Zealand Navy, et est commandé et dirigé par le chef de la Force de défense (CDF)
Les forces armées de Nouvelle-Zélande ont trois objectifs de la politique de défense: défendre la Nouvelle-Zélande contre les menaces de faible niveau; de contribuer à la sécurité régionale; et à jouer un rôle dans les efforts mondiaux en matière de sécurité. Nouvelle-Zélande considère sa propre défense nationale doit être modeste, en raison de son isolement et bénignes relations géographiques avec les voisins. [4] En Novembre 2014 120 personnes NZDF sont déployés à l'étranger sur les opérations et missions de l'ONU dans le Pacifique Sud, Asie, Afrique, les zones de l'Antarctique et du Moyen-Orient, et plus de 200 sur les autres engagements ou des exercices d'outre-mer.
Le Comité a approuvé plusieurs désignations cette année visant à cette menace. La liste des noms des personnes ISIL liées ainsi désignés, il a dit que INTERPOL-Nations Unies Avis spécial a été publié sur leur cas, et INTERPOL a un rôle clé dans l'effort.
Les éléments essentiels de la réponse internationale inclus partage des informations décisionnelles, l'extrémisme violent renforcement des capacités au niveau national pour perturber les réseaux, et la lutte contre à chaque étape de l'implication d'un individu.
Certains progrès ont été accomplis dans la mise en œuvre de la résolution 2178 (2014), qui a appelé les États membres à proposer des combattants terroristes étrangers et ceux qui facilitent leurs activités pour la désignation sur la liste des sanctions contre Al-Qaida. L'Équipe de surveillance pourrait conseiller tout État membre examine ces propositions; il a participé régulièrement sensibilisation et la formation. Il a encouragé tout Etat compte tenu de désignations à prendre rapidement contact avec l'équipe.
Pour encourager les propositions d'inscription, le président du comité précédent avait organisé une réunion d'information ouverte à tous les États membres sur son travail, at-il dit, notant son intention de poursuivre ces réunions d'information périodiquement tout au long de sa présidence.
CHRISTOPHER Finlayson, procureur général de la Nouvelle-Zélande, déclare le défi aussi complexe et multiforme, a souligné le rôle essentiel du Conseil à fournir une orientation stratégique, mobiliser les ressources des Nations Unies, la coordination, et décrivant des mesures concrètes. Convenant que la politique la plus efficace contre les combattants terroristes étrangères était d'empêcher leur radicalisation, le recrutement et Voyage, il a souligné l'importance de reconnaître qu'il pourrait y avoir aucune "one-size-fits-all" réponse. Unis auraient besoin d'un large éventail d'approches pour assurer l'équilibre approprié, selon le contexte, qu'ils soient pays d'origine, de transit ou de destination.
La Nouvelle-Zélande a renforcé son cadre national en réponse à la résolution 2178 (2014), par prévention de la radicalisation, de l'éducation et la lutte contre les messages extrémistes étaient essentiels. Les résultats les plus efficaces sont venus travailler en étroite collaboration avec et aux côtés des communautés et la clé était d'être inclusif. Le Conseil devrait garder à l'esprit les contraintes très réelles et compréhensibles face les petits États en développement dans la mise en œuvre des cadres de chasse terroristes étrangères.
Les Résolutions concernés : 1267 (1999) et 1989 (2011)
Gözde Ergezer

# 06/02/2016 à 17:42 Nouvelle- Zélande (Les actes terroristes : comment protéger les civils et consolider la paix en cas de guerre?)

Commission: Conseil de Sécurité
Question : Les actes terroristes : comment protéger les civils et consolider la paix en cas de guerre?
Auteur : Nouvelle- Zélande

Les actes terroristes sont devenus des préoccupations majeures de tous les Etats. Il faut consolider la paix autant que possible et si la paix ne peut être maintenue, les civils doivent être sûrs de sorte qu'ils ne peuvent pas être lésés
L'objectif de l'ONU devrait être plus sur la sécurité des civils que maintien de la paix depuis soldats de la paix sont entravés et parfois menacées par des mandats pauvres et ressources insuffisantes. Ces défis sont de longue date et complexe, mais à la portée du Conseil de faire de réels progrès. On voit que l'utilisation ou la menace d'utilisation du droit de veto a été la principale cause de l'impuissance du Conseil dans le visage de trop nombreux conflits internationaux graves.
Bien que les circonstances nationales et régionales varient, aucun pays n’est immunisé contre la menace posée par des combattants terroristes étrangers. Un petit nombre de ressortissants nouvelle-zélandais sont connus pour avoir voyagé en Syrie pour se battre avec les groupes extrémistes. Nouvelle-Zélande est consciente de la menace que ces combattants posés à plusieurs de ses voisins dans la région Asie Pacifique. Reconnaissant la nécessité d'une approche globale dans la lutte contre cette menace, la stratégie nationale de Nouvelle-Zélande comprend des efforts pour faire face aux pilotes de la radicalisation et l'extrémisme violent en engageant les communautés pour aider à construire leur résilience; ainsi que la sécurité et application de la loi des mesures de prévention, tels que les passeports annulation. Nouvelle-Zélande travaille également avec ses partenaires en Asie du Sud-Est et le Pacifique à renforcer leur capacité à lutter contre le terrorisme et l'extrémisme violent, et pour les aider à assurer qu'ils sont devenus ni un objectif, ni une source de terrorisme international.
Nouvelle-Zélande exhorte les approches pratiques et des solutions à établir et à assurer un développement inclusif, y compris au départ missions des Nations Unies laissent derrière eux une main-d'œuvre forte qui peut trouver un emploi à long terme à la suite de la vidange de la mission. Pour une paix durable devienne une réalité dans une situation post-conflit, les causes des conflits d'adressage qui profondes exige que le Conseil et l'Organisation dans son ensemble à adopter une approche multidimensionnelle et intégrée. Les accords de paix et la réconciliation doivent embrasser le tout avec "une participation dans la paix", en particulier les femmes, les jeunes et les anciens combattants. . Le partenariat de la Nouvelle-Zélande avec le Timor-Leste avait soutenu que les pays sortant d'être un bénéficiaire de maintien de la paix de devenir un contributeur aux opérations de paix des Nations Unies. La Nouvelle-Zélande est un leader mondial dans le "G7 +", qui était un exemple d'un bénéficiaire «redonner», et ses récentes interventions avait joué un rôle dans le retour de la Guinée-Bissau à la démocratie.
La communauté internationale doit reconnaître la menace posée par les groupes terroristes comme ISIL et de promouvoir compris, les sociétés multiculturelles. Alors que la recrudescence de la violence et la persécution des minorités ethniques et religieuses était pas unique au Moyen-Orient ou d'une religion unique, une priorité immédiate était de rétablir la sécurité où les minorités sont particulièrement vulnérables. Cela signifie parvenir à des solutions politiques stables et inclusives et fournir soutien pour mettre fin aux conflits et l'instabilité sur les groupes extrémistes et de leurs idéologies prospéré. Une forte volonté politique, un engagement soutenu à tous les niveaux de gouvernement et initiatives post-conflit inclusives qui ne retranchent divisions existantes sont obligatoires. Nations Unies et les États membres devraient promouvoir la lutte contre la radicalisation et de contrer l'extrémisme violent en impliquant religieux et des leaders communautaires et éducatifs. Il y a des projets que la Nouvelle-Zélande réalise dans sa région, tel que la formation de la police communautaire.

# 06/02/2016 à 17:45 Nouvelle-Zélande (Le conflit au Yémen)

Commission: Conseil de Sécurité
Question : Le conflit au Yémen
Auteur : Nouvelle-Zélande


"L'indifférence du monde à la souffrance des civils yéménites dans ce conflit est choquant. L'échec du Conseil de droits de l'homme de l'ONU la semaine dernière d'ouvrir une enquête internationale sur les violations commises par toutes les parties est la dernière d'une série d'échecs de la communauté internationale à lutter contre l'impunité totale pour les auteurs de graves violations au Yémen ", dit Donatella Rovera.
"Le manque de responsabilité a contribué à l'aggravation de la crise et à moins que les auteurs croient qu'ils seront traduits en justice pour leurs crimes, les civils vont continuer à souffrir les conséquences."
Une enquête ou une enquête internationale pourrait être créé par une résolution adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies ou le Conseil de sécurité de l'ONU - ou par le Secrétaire général de l'ONU ou de la Haute Commissaire des Nations Unies pour les droits de l'homme agissant de leur propre initiative.
Le Conseil de sécurité de l'ONU a été pratiquement silencieux sur les suites - les violations des lois de la guerre par toutes les parties au conflit - et de plus en plus flagrantes.
Comme un membre élu, la Nouvelle-Zélande a un rôle clé à jouer pour mettre en évidence la commission des atrocités de masse et la mobilisation du Conseil de mettre fin à la situation des civils dans les conflits.
Amnesty International appelle la Nouvelle-Zélande dans sa capacité sur le Conseil de sécurité des Nations Unies à:
• Condamner publiquement les violations et les crimes de guerre commis au Yémen et exhorter toutes les parties au conflit à se conformer à leurs obligations découlant du droit international humanitaire;
• Poussez le Conseil de sécurité des Nations unies d'établir une enquête ou d'enquête internationale sur les crimes de guerre et violations des droits humains par le biais de l'adoption d'une résolution;
• Avancez tout effort visant à limiter l'utilisation du droit de veto par les cinq membres permanents du Conseil dans des situations de crimes de droit international.
Les travailleurs humanitaires de la Croix-Rouge néo-zélandaise ne répondent pas seulement à des catastrophes, ils travaillent également dans des situations de conflit, la prestation de soins de santé et de travailler à renforcer les collectivités.
Alors que les combats ont grandi, de vastes zones du Yémen sont devenues inaccessible et les aéroports et les ports ont été fermés. Le pays a été coupé et il est devenu extrêmement difficile d'obtenir des fournitures médicales et des objets du quotidien pour la survie de base, y compris la nourriture, les gens qui avaient le plus besoin. Croix-Rouge est toujours fournit de l'aide médicale et alimentaire d'urgence aux personnes innocentes pris dans cette situation tragique.
Au Conseil de sécurité des Nations Unies Briefing: La situation au Yémen (22 Décembre 2015) il est indiqué que «Nouvelle-Zélande soutien [communautaires à Yémen], politiquement et aussi matériellement. »
Vice-ministre des Affaires étrangères de la Nouvelle-Zélande Perle Curry a soutenu le plan de l'Iran pour l'envoi de l'aide humanitaire, la promotion de la cessation des hostilités, et le dialogue national et gouvernement d'unité dans le pays le (14 Avril, 2015).
"La Nouvelle-Zélande continuera de travailler avec les autres membres du Conseil de sécurité pour trouver une solution politique à la situation au Yémen et d'assurer le sort des civils est adressée."
Gözde Ergezer

# 08/02/2016 à 13:50 Venezuela (site web)

Venezuela : Conseil de Sécurité (Fr/Ang)
Informations Générales à propos du Venezuela

Le nom complet du Venezuela est la République Bolivarienne du Venezuela, depuis 1999. Il est situé sur la côte nord de l’Amérique du Sud. Ses atouts principaux sont : ses ressources en pétrole, sa diversité environnementale and ses ressources naturelles. De plus, il s’agit d’un des pays les plus urbanisés de l’Amérique Latine. Sa population est concentrée majoritairement concentrée dans le nord, notamment dans les grandes villes, telles que Maracay, Maracaibo, Barquisimeto, Valencia et Guyane, mais surtout la capitale : Caracas.
Le pays peut être divisé en quatre régions physiques : les régions montagneuses de l'ouest, les basses terres de Maracaibo au nord, les vastes plaines centrales ou Llanos bordant l'Orénoque et les régions montagneuses du Guyana, qui occupent près de la moitié du territoire.
1. Les actes terroristes : comment protéger les civils et consolider la paix en cas de guerre ?
Il existe une alliance importante entre Cuba, l’Iran et le Venezuela, notamment en termes de terrorisme. Ainsi, le gouvernement vénézuélien protège 2 individuels (Ghazi Nasr al Din et Fawzi Mustafa Kan‘an) finançant et apportant leur soutien au groupe considéré terroristes : Hezbollah. Ceux-ci sont tous deux placés sur l’Executive Order 13224 de W. Bush de 2001, en réponse aux attentats sur les tours jumelles. De plus, grâce à leur alliance, Cuba, qui espionnent les Etats-Unis, transmettent ces informations confidentielles aux groupes Hamas et Hezbollah. Le Venezuela est donc considéré comme un pays dangereux par les USA, certains militent même pour l’ajouter à la liste des Etats sponsorisant le terrorisme. En août 2015, au conseil de sécurité de l’ONU, le représentant du Venezuela s’oppose à la mise en place d’un gouvernement transitoire en Syrie, en s’appuyant sur le principe d’autodétermination. Cet Etat représente également un pied-à-terre pour la FARC (Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia) également sur la liste de groupes terroristes des Etats-Unis. Le Venezuela est ainsi un pays plutôt à faveur des actes terroristes.
2. L’utilisation d’avions militaires dans les pays étrangers
Hugo Chavez, ex-président du Venezuela, et ouvertement anti-américain, a décrété dans un discours aux Nations Unies en 2011 que Bush a entretenu une « démocratie de bombes ». “Now the death of anyone, based on what they are accused of, but not only those working outside of the law like bin Laden, but also presidents, the families of presidents, are openly celebrated by the leaders of the nations that bomb them."
Cependant, lorsqu’Hugo Chavez était au pouvoir, il a cherché à moderniser la force militaire vénézuélienne, la FAN. Entre 2004 et 2006, le budget militaire augmente par 46%. Pour autant, ces nouveaux équipements militaires ne sont pas à destination de pays étranger, mais pour assurer leur protection dans leur « Guerre asymétrique » avec les USA. De plus, depuis 1945, aucun bombardement vénézuelien n’a été enregistré. En 2006, Chavez réagit au bombardement de Cana par l’armée israélienne, le qualifiant de « crime de nazi ».
3. Le conflit au Yémen
Le Venezuela ne s’est que peu prononcé concernant le conflit yéménite. Cependant, notamment de par son alliance avec l’Iran et Cuba, on retrouve quelques éléments qui montrent sa position à faveur des Houthis. En effet, ceux-ci sont majoritairement soutenus par l’Iran.
De plus, en avril 2015, le Venezuela – en signe de protestation contre l’agression du Yemen par la Coalition – expulse l’ambassadeur saoudien. Venezuela s’est également opposé à la résolution 2216 de l’ONU sur le conflit. Le délégué a fini par voter POUR, mais en précisant qu’il le faisait face au manque d’autres alternatives. Comme à propos du conflit en Syrie, le Venezuela demande à favoriser le dialogue avec les partis, ici les groupes terroristes. Il considère qu’en tant qu’acteurs du conflit, c’est avec eux qu’il faut discuter des conséquences des mesures prises par le conseil de sé

# 16/02/2016 à 21:22 France (Alp Koksal) : L'utilisation d'avions militaires dans les pays étrangers

Comité: Conseil du Sécurité
Sujet: L'utilisation d'avions militaires dans les pays étrangers
Auteur: La France


Depuis l’invention des avions par les frères Wright, ils ne sont pas seulement utilisé pour des moyens du transport commercial, mais aussi par des armées pour des guerres et frappes aériennes. Jusqu’ici, ils ont était consideré très efficace, car ils fournissent une grand pouvoir quand comparé avec les forces militaires du sol, et aussi de la garantie des vies des soldats en sol et en air.

Maintenant, l’éfficacité est en doute pour plusieurs raisons. Le raison le plus importat est que les vies des civiles où des frappes aériennes se realisent sont en face de danger. Depuis 8 août 2014, plus que 400 civiles ont étaient tués en Syrie et en Irak par des frappes aériennes organisé par la coalition contre l’Etat Islamique.

La France trouve l’utilisation d’avions militaires dans des sols étrangers correcte et très efficace.

Avec la fondation de l’Armée de l’air française en 1909, la France était le premier pays à s’équiper des avoins de combat. Les forces aérienne de la France sont basées sur cinq principes: la connaisance, l’anticipation et la prevention des guerres, dissuasion des parties qui participe dans la guerre, l’intervention et la protection des vies civiles.

Depuis l’établissement de cette branche de l’armée, les forces aériennes de la France étaient actives dans plusieurs régions du monde, concentrés spécifiquement dans le nord d’Afrique et le Moyen-Orient, après les instabilités politiques et guerres civiles dans dans pays de cette région.

La France, plus proche à aujourd’hui, a organisé des frappes aériennes contre l’Etat Islamique en Syrie et en Irak commençant le 27 septembre 2015. Deux semaines après les attentats de Saint-Denis le 13 novembre, la France a augmenté les frappes aériennes et les interventions aériennes et par des forces militaires du sol.

Dans ces frappes, le but essentielle était de dommager l’infrasturcture des villes où l’Etat Islamique se trouve en meme temps que leurs véhicules de combats, en gardant et protegeant les vies des civiles qui s’y trouvent par les forces aériennes de la coalition contre l’Etat Islamique.

Avec les cooperation des forces aériennes et les forces du sol, l’Etat Islamique a reçu une dommage indéniable. L’éfficacité des frappes sont hautes, car les buts des pays de la coalition pour détruire et terminer les activités de l’Etat Islamique sans tuer des civiles ont était obtenu dans une grande ampleur.

La France aussi connait les objections à l’utilisation des avions militaire dans des pays étrangers, et pour ce raison, appelle tous les pays-membres à trouver des moyens pour le rendre éfficace. La France approuve très confidement l’utilisation des avions militaires et éspere que les mesures communes seront pris en relation avec l’utilisation des avions militaires dans les régions étrangers.

# 16/02/2016 à 21:28 France : Les actes terroristes : comment protéger les civils et consolider la paix en cas de guerre?

Comité: Conseil du Sécurité
Sujet: Les actes terroristes : comment protéger les civils et consolider la paix en cas de guerre?
Auteur: La France


Le terrorisme est devenu une problème très grave qui concerne tout l’humanité dans le monde actuel. Bien que dans tous les pays, il n’y a pas des actes terrorists commis du tout, tout le monde est touché par les morts des les dommages qui arrivent chaque jour.

Même si les personnes qui organisent les attaques, leurs idéologies et leurs buts sont différents, les resultats sont les mêmes. Le bilan ne peut jamais être négligé: chaque anné, 8000 civiles sont mortes à cause d’activités terrorists. A part de la dommage populaire, dès 2000, le coût total des attaques terrorists dans le monde a surpassé $52 milliards, une chiffre qui sera incomptabilisé.

Le mot terrorsime est né pendant “la Terreur,” une partie de la Révolution française. Depuis là (la 18ème siècle), la France avait expériencé des nombreuses actes terroristes dans le pays.

Au contraire de la croissance populaire, les attentats qui avaient lieu en France n’étaient pas organisé toujours par des terroristes islamiques, mais aussi par des nationalists et des partisans des colonies anciennes de la France, des groups anti-immigrés et des nationalists français, et des groupes anti-gouvernementales. Mais c’est un fait que les attentats par des terroristes islamiques ont augmenté dans les dernières années.

Dans 2015, la France a expériencé des nombreuses actes terroristes, mais une qui était le plus grave dans l’UE depuis des attentats à Madrid en 2004. En 13 novembre, plusieurs attaques simultanés ont était réalisées à la ville capital du pays, avec 130 morts et 352 blessés.

La France, après les attentats, a décreté l’état d’urgence tout de suite. Avec la promulgation de cet état, la police a effectué de nombreux cites de contrôles autour le pays pour traquer les terroristes résponsables qui étaient en fuite et aussi pour prévenir des autres attentats possibles par les terroristes.

Cet état qui a duré trois mois a aussi authorisé la police à faire des fouilles sans des mandats – alors très facilement et pratiquement – et interdit des protestations et l’accés aux cites d’internet qui promeuvent la djihadisme et la terrorisme. Le president de la république a adréssé la peuple, en les motivant. Le gouvernement maintenant discute des nouvelles propositions pour guérrir contre le terrorisme.

A la fin de tous les attentats, la France, le gouvernement et la peuple est devenu experimenté. Alors, le gouvernement connait quelle mésures à prendre pour réétablir la paix dans les situations de la guerre après les attentats des terroristes.

La France est rendu expérimenté avec environ 220 ans des actes terroristes, et les moyens à adopter dans ces cas. La France a enthousiasme pour prendre des mésures dans le niveau de l’ONU et partager les expériences sur ce sujet. La France appelle tous les pays membres, touchés par le terrorisme ou pas, à résoudre le problème concernant les terroristes et pour prendre des mesures communes pour garantir la paix dans des conditions de la guerre et la terrorisme.

# 16/02/2016 à 21:31 France : Le conflit au Yémen

Comité: Conseil du Sécurité
Sujet: Le conflit au Yémen
Auteur: La France


Depuis les années 2000, les séparatistes Yémenite, les Houthistes ont augmenté leurs activités pour séparer le Yémen considérablement, et cela est devenu un des problèmes plus graves dans le Moyen-Orient.

Après le Printemps arabe en 2010, tout le monde arab est devenu politiquement instable, comme le Yémen. Après Ali Abdallah Saleh était décommisionné et le nouveau president Mansour Hadi est arrivé au pouvoir, les Houtisthes ont haussé les actes contre-gouvernemental et les rendus violent.

Maintenant, suivant les attaques des Houthistes et les réponses de la coalition conduit par l’Arabie Saoudite et le gouvernement du Yémen, le Yémen encore reste dans une situation d’instabilité.

La France ne s’implique pas directement à ce conflit. Mais la France est directement touchée par cela.

La France était un des donatuers pays principales depuis des années 1930. Il y avait des relations fortes entre les deux pays, et la France voudrait les maintenir autant que possible.

La France a connaissance que 400 civiles pendant les conflits ont étaient tués, et est très alarmée par la dommage économique et infrastructurielle que le Yémen a reçu. La France voudrait reconstruire le pays immédiatement avant qu’il soit trop tard.

La France aussi rappelle l’importance du Bab-el Mandab, qui connecte la mer Rouge et l’océan Indien, et alors qui sert comme un pont de la commerce entre l’Ouest et l’Est. La France, comme les autres états qui font de la commerce en mers, ne peuvent et ne voudraient pas utiliser ce passage car il n’est pas assez hors de danger. La France par conséquent devient déperdue économiquement.

La France est aussi concerné par le fait que cette guerre civile se passe entre deux sects d’Islam: les Sunnites et les Shiites. Cette situation peut aggraver la tension entre les deux côtés qui croissant à la même réligion. Or, en France, avec les immigrés islamiques, la meme tension pourra éxperiencé. La France ne voudrait pas les tensions entre ces deux groupes dans son pays et voudrait maintenir la paix.

La France voudrait controverser les allegations sur son aide vers la coalition de l’Arabie Saoudite et les pays arabes. La France ne donne pas ni des aides militaires, comme les armes ou les forces militaires, ni l’aide financière, ni les autres types des aides comme en relation avec les logistiques. La France est seulement active dans le niveau de l’ONU, pour que tous les pays touchés prennent des mésures pour terminer ce problème.

La France appelle tous les états-membres à participer activement dans la resolution de ce conflit, pour que le Yémen et la péninsule Arabe peuvent regagner leurs stabilités, et aussi pour sauver les vies des civiles.

# 29/02/2016 à 20:27 Ava Modica

Comité : Conseil de Sécurité
Sujet: Les actes terroristes : comment protéger les civils et consolider la paix en cas de guerre?
Auteur: Royaume - Uni

Le Royaume Uni, comme beaucoup de pays du monde, a été touché par des attaques terroriste. Notamment en 2005, où Londres a subit des attentats-suicide dans trois stations de métro et un autobus. Ce qui a couté la vie à 52 personnes.
Depuis 2001, le pays est très impliqué dans la lutte contre le terrorisme et a fait adopté plusieurs loi anti-terroriste comme « the Anti-terrorism, Crime and Security Act » promulgué en décembre 2001 ou « the Prevention of terrorism Act » voté en 2005.
La guerre contre le terrorisme est une guerre difficile, il faut donc mettre en place des structures, des règles et des lois bien précises pour empêcher des attaques sur notre territoire et permettre la chute d’organisation telles que Al-Quaida ou l’Etat Islamique.

La volonté du Royaume-Uni, et qui devrait être partagée pas chaque pays de l’ONU est d’éliminer la menace terroriste. Pour atteindre ce but, l’état a élaboré une stratégie qui innove sans cesse et dont l’objectif premier est de protéger les civils.
Cette stratégie passe d’abord par l’investigation. Le gouvernement veut s’assurer que la police ainsi que toutes les structures qui veillent à la sécurité nationale puissent correctement éliminer toute menace qui pèse sur le pays.
Mais l’état s’intéresse parallèlement à la façon dont les organisations terroristes recrutent et embrigadent les individus. Pour cela, il faut analyser les victimes de ces embrigadements et comprendre ce qui les poussent à se radicaliser. Le pays travaille sur cette technique depuis quelques années et compte bien continuer sur cette voie pour réduire au maximum les radicalisations.
Même si le pays tente au mieux de faire disparaitre le terrorisme, toutes les attaques ne sont pas déjouées. C’est pour cela que le gouvernement a instauré un système d’urgence pour tenter de se préparer au mieux à toute attaque, quelque soit son niveaux d’importance et de réagir au mieux lorsque cette dernière aura lieu.

Le Royaume-Uni, qui fait parti de l’Union Européenne depuis 1973 lutte avec les autres pays membres contre cet ennemi commun. L’Union- Européenne joue un rôle important dans cette lutte pour la paix. Le but de l’Union - Européenne est de « combattre le terrorisme à l'échelle mondiale tout en respectant les droits de l'homme et de rendre l'Europe plus sûre, en permettant à ses citoyens de vivre dans un espace de liberté, de sécurité et de justice. »
L’Europe a, pour aider dans la consolidation de la paix, établit un système qui permet de partager les informations que dispose chaque état membre sur des individus suspects ou même encore coupables d’actes terroristes et permettre la surveillance/ arrestation de ces derniers. Les attentats meurtriers de Paris (janvier et novembre 2015) et de Copenhague (février 2015) ainsi que les attaques déjouées en Belgique (janvier 2015) ont touché la communauté européenne et a encore plus renforcé la vigilance des pays membres.

Il est impératif que chacun soit préparé contre d’éventuelles attaques car nous sommes en guerre contre ses organisations et que leurs frappes sont difficiles à prévoir et peuvent être extrêmements destructrices. Elles oeuvre contre nos principes de paix et de justice, il est donc crucial de démanteler ces réseaux . Pour rassurer nos populations et pour leur permettre de se sentir en totale sécurité il faut combattre tous ensemble contre ces crimes.

Nous avons la chance de faire partie d’une organisation qui œuvre pour la paix. Et cette dernière passe forcément par la mise en commun d’informations et de ressources pour permettre une lutte mondiale. Il est donc important de mettre en commun les informations de chaque pays membres sur un groupe ou individu suspect et peu à peu d’éliminer ces organisations.

# 13/03/2016 à 21:26 Fédération de Russie

Peur, terreur, frayeur, c’est sur cela que se basent aujourd’hui les organisations terroristes pour consolider leurs sanglants empires. L’organisation « État islamique », Al Qaida, Boko Haram et bien d’autres, ces organisations fragilisent l’équilibre en Afrique et au Moyen-Orient, et répandent le mal à travers le monde de par leurs actes terroristes dénués de toute humanité.

Il est grand temps de mettre un terme à ces exactions. La Fédération de Russie est intimement convaincue que la communauté internationale a les moyens de faire face à ces monstres. Mais il faudra d’abord qu’elle s’en donne la volonté, et que les plus grands de ce monde cessent de soutenir en catimini le terrorisme peu importe sa forme, comme l’a rappelé au dernier G20 notre Président Vladimir Vladimirovitch Poutine. Ces États doivent être sanctionnés.

Nous demandons donc une intensification des surveillances sur internet, plateforme privilégiée par les terroristes pour se livrer à une propagande nauséabonde. Nous devons agir fermement à l’égard des barbares, et mener des bombardements au sol sur des cibles identifiées comme étant les principales bases terroristes. Nous devons pouvoir mener des raids aériens, et survoler les zones de guerre sans avoir à craindre de représailles de nations soi-disant impliquées dans les causes antiterroristes.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau