TPG Comité des Droits de l'Homme

# 31/01/2016 à 13:55 Comité des Droits de l'Homme

Vous pouvez poster ici vos TPG du comité des Droits de l'Homme.

# 31/01/2016 à 13:56 Maroc

Commission : Comité Droits de l’Homme
Question : Défendre les enfants contre la violence et l’exploitation, l’afflux de réfugiés, faciliter l’accès à l’eau potable et aux denrées alimentaires
Auteur : Le Maroc (LEWIS MELTEM)

La violence contre les enfants : Depuis des siècles, dans tous les pays, filles et garçons souffrent et sont témoins d’actes de violence. Certaines formes de violence sont tolérées par les lois nationales et les pratiques culturelles, économiques et sociales. L’exploitation est aussi un gros problème dans tous les pays. Les enfants doivent travailler dans des conditions terribles où ils tombent grièvement malade et ont des problèmes psychologiques. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a calculé que 40 millions d'enfants de moins de 15 ans souffrent de maltraitance et d'abandon moral, et ont besoin de soin de santé et de protection sociale. Pour protéger ces enfants, nous savons qu’il a été réalisé des projets de prévention qui n’ont pas abouti à une résolution. Comme les projets d’UNICEF.
Au Maroc, il est difficile de mesurer le phénomène, du fait de l’absence de statistiques ou de données fiables et exhaustives sur l’importance des violences à l’égard des enfants. La violence contre les enfants est aujourd’hui plus facilement repérable à l’école que dans certains environnements de travail. A l’école, la violence est considérée comme une méthode éducative qui vise à faire pression sur l’enfant pour obtenir son obéissance. La violence psychologique est également commune .Elle se manifeste par des insultes, des actes humiliant, par la disparition de loisirs. Au Maroc, pendant longtemps, le travail des enfants était considéré comme un sujet tabou. Actuellement, il est enfin perçu comme une réalité. L’Afrique compte le plus fort pourcentage d’enfants travailleurs, près d’un enfant sur trois de moins de 15 ans travaille dans la région. Au Maroc, parmi les 5,4 millions d’enfants âgés de 7 à 14, 600.000 travaillent. Le travail des enfants est essentiellement lié à la pauvreté. Cette pauvreté pousse les enfants à travailler pour gagner de l’argent qui améliorera le revenu de la famille. La majorité des enfants au travail sont non scolarisés. Les tâches effectuées par ces enfants sont difficiles et s’effectuent dans des conditions très mauvaises pour leur santé et dans des milieux insalubres.
L’afflux des réfugiés : Un réfugié quitte son pays d'origine parce que dans son pays d’origine, il y a des conflits, le manque de travail et des raisons religieuses ou raciales. Actuellement, les réfugiés sont dans une situation critique, ils se sentent obligés de faire un périlleux périple en utilisant des transports aléatoires pour avoir une vie meilleure dans le pays où ils veulent vivre. Mais la vie de ces personnes n’est pas aussi facile. C’est pour cette raison que les membres de la société civile marocaine s’activent pour appeler à être solidaire et à être compréhensifs envers ces gens. Mehdi Alioua, sociologue spécialiste marocain a dit que les pays européens ont des responsabilités plus importantes. Ce sont en effet des pays plus riches, qui ont la capacité d’accueillir beaucoup plus de monde que le Maroc et, plus encore, qui ont souvent besoin de ces migrants. Le Maroc a également un devoir d’accueil, mais, nous ne sommes pas assez riche pour pouvoir assimiler complètement ces réfugiés, et nous ne sommes pas encore suffisamment développés pour pouvoir dédier une partie de cette richesse à l’appui internationale. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas le faire: il faut le faire à la hauteur de nos moyens.
L’eau potable : Le Maroc se place sous la moyenne mondiale de 65 à 83% pour l’eau potable selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’UNİCEF.
Les membres de l’association marocaine ont trouvé un moyen pour que le brouillard se transforme en eau potable et utilisent un dispositif spécial. Ce système permet de faire des économies d’argent et de favoriser le budget des villageois. Le gouvernement marocain fera tout son possible pour que les gens qui ont besoin d’eau potable puisse avoir accès à l’eau potable et aux denrées alimentaires.

# 31/01/2016 à 13:58 Angola

Commission : Comité des Droits De l’Homme
Question : La violence contre les enfants, l’afflux des réfugiés, faciliter l’accès à l’eau et aux denrées alimentaires.
Auteur : Angola (OSMANOĞLU DENIZ)

De nos jours, nous constatons que les droits de l’Homme ne sont pas respectés dans beaucoup de pays du monde. Il y a des mauvais exemples que ce soit malheureusement dans notre pays ou dans d’autres pays comme la Syrie, la Corée du Nord, la Chine, les droits civiques violés au nom de la sécurité nationale comme aux USA, en Angleterre et en France. Malgré les beaux discours des politiciens occidentaux, les droits humains passent toujours après les préoccupations économiques et géopolitiques. Par exemple, on ignore les massacres au Rwanda, les enfants qui meurent de soif ou de faim au Soudan, le travail illégal des enfants en Chine et au Thaïlande. Car les implications stratégiques ou commerciales n’y sont pas présentes.
L’Angola est conscient du fait que la maltraitance des enfants existe depuis longtemps et continue à être présente dans le monde entier. On retrouve la violence dans les écoles, les établissements spécialisés (tels que les orphelinats et autres établissements de soins), dans la rue, sur le lieu de travail et dans les établissements pénitentiaires. Mais ils sont aussi confrontés à la violence chez eux, au sein de leur famille et de la part d'autres enfants.
Amélia Russo de Sà qui représente l’UNİCEF en Angola, a indiqué que la violence contre l’enfant ne devrait plus être considérée comme un acte propre de la culture locale mais qu’on devrait trouver des mécanismes efficaces pour combattre la violence contre les enfants en Angola et lutter contre le travail des enfants qui travaillent dans des conditions inhumaines. L’année dernière, la Direction Nationale d’Enquête Criminelle nous a informés dans son rapport qu’il y a eu une centaine de cas de violence domestique. Nos autorités associatives ou nationales vont faire tout leur possible pour combattre et lutter pour la prévention des droits de l’enfant en sachant que la violence peut aussi avoir de graves conséquences sur le développement des enfants. En effet, dans les cas les plus graves, elle peut infliger des blessures voire causer la mort. Et à moindre mesure, la violence peut aussi diminuer leur capacité d’apprentissage, leur volonté à aller à l’école et parfois même les inciter à fuir leur foyer.
L’afflux des réfugiés en Angola : Aujourd’hui l’arrivée de personnes fuyant son pays pour des raisons politiques ou économiques devient un grand défi pour les pays riches de l’Europe. On construit des barrières et des murs aux frontières, on affronte les réfugiés avec des gaz lacrymogènes ou des jets d’eau. La haine de l’étranger et le racisme sont en traın de devenir des comportements normaux. Nous vivons dans un monde où les gens sont de plus en plus obligés d’émigrer pour fuir le terrorisme, les guerres et les catastrophes naturelles. Ces vagues d’immigration provoquent un taux de chômage en augmentation, ainsi que l’augmentation des soins de santé du pays d’accueil.
En Angola, nous avons accueilli des milliers de réfugiés de plusieurs pays africain en leur donnant le droit à l’éducation, à la santé et à la protection. Nous sommes préoccupés par la sécurité de nos territoires, la traite et le trafic des êtres humains et l’utilisation frauduleuse des régimes d’asile, ce qui se traduit par des contrôles plus stricts aux frontières. Notre pays est confronté aux problèmes d’identification de personnes ayant besoin de protection internationale. L’Angola a mis en place des camps de réfugiés où il y a un système de liberté et d’autonomie. Sachant que plus de 30,000 personnes ont demandé l'asile à l’Angola, nous souhaitons faire des recherches sur les raisons qui sont à la base de ces demandes d'asile. On doit savoir comment régler ce flux de réfugiés sachant que pour nous cela est important. Et nous devons comprendre ce qu’est notre mission dans cette situation et que nous devons avoir le courage d’en accepter les responsabilités qui en découlent.
Malgré que notre pays soit riche en pétrole et en diamant, nous avons encore depuis les années 70 un manque considérable d’eau potable et de denrées alimentaires. Nous avons mis en place un système avec lequel des camions citernes se déplacent tous les jours pour distribuer de l’eau. A cause de la guerre civile qui a duré environ une trentaine d’années, nos sociétés de distribution d’eau ont du mal à s’organiser et à faire face à l’explosion de la demande en eau potable parce que l’Angola a dû accueillir des milliers de réfugiés.

# 31/01/2016 à 13:59 Italie

Commission : Droits de l’homme
Question : Violence contre les enfants et l’exploitation, L’afflux de réfugiés, faciliter l’accès à l’eau potable et denrées alimentaires
Auteur : L’Italie (KÖHLE PATRİCİA)


Dans tous les pays du monde, il est inadmissible d’accepter que les enfants soient battus et exploités. L’humanité subit une perte effroyable et irréparable. Les enfants ont entre autres des droits tels que le droit à l’éducation, les droits de protection, l'enfant, pour l'épanouissement harmonieux de sa personnalité, doit grandir dans le milieu familial, dans un climat de bonheur, d'amour et de compréhension.

Chaque pays doit viser à prendre des résolutions pour la protection des enfants qui sont victimes de la violence et d’exploitation que ce soit au sein de la famille, ou dans des lieux de travail où ils font une activité professionnelle dans des conditions dangereuses et inhumaines.

L’Italie est consciente du fait que la violence contre les enfants augmente depuis 2010. Une grande partie des victimes sont des filles qui subissent des actes de violence sexuelle.
En Italie, principalement dans le Sud, des dizaines de milliers d’enfants doivent travailler à cause des problèmes économiques et participent au budget familial pour aider leurs familles avec l’argent qu’ils gagnent. En Italie, le risque d’être pauvre pour un enfant serait multiplié par 1,5 en comparaison avec la France. Notre pays estime que les pays développés ont les moyens et l’obligation de maintenir les droits des enfants, d’empêcher la violence et l’exploitation contre les enfants, et d’améliorer la situation des parents et de trouver des solutions sur le plan économique et social.
Les réfugiés sont des personnes qui quittent leur pays à cause des problèmes de persécutions politiques et ont le droit à la sécurité dans un autre pays.
L’Italie a reçu en 2014, 66 000 migrants et réfugiés qui ont fait un voyage dangereux sur des bateaux parce qu’ils considèrent l'Italie comme une étape avant de rejoindre un autre pays ou comme une nouvelle vie meilleure.
Malheureusement des centaines de migrants sont morts après le naufrage de Lampedusa en octobre 2013, le gouvernement italien, avec l’aide de l’Europe, a mis en place l'opération « Mare Nostrum » qui regroupe des structures militaires, policières et humanitaires. Grâce à cette opération, les autorités italiennes ont réussi à interrompre le passage de 73 000 personnes en mer.
L’Italie a entreprit des projets de renforcement et de gestion d’arrivée en masse de réfugiés. Comme cela n’est pas suffisant, le gouvernement italien serait prêt à mettre en place un système d’accueil pour les soins de santé, pour leurs besoins vestimentaires.
L’Italie est consciente du fait que près de milliard de personnes n’ont pas la chance d’avoir de l’eau à boire meurent de faim. Contrairement aux pays développés qui ont de l’eau de bonne qualité et aucun problème de famine, les pays d’Afrique ou d’Asie n’ont pas d’eau suffisante et potable et n’ont pas des denrées de première nécessité. Afin de faciliter l’accès à l’eau potable et aux denrées alimentaires, nos ONG visent à installer un dispositif de filtration sous la forme d’un livre qui s’appelle « Drinkable Book » et réorienter des systèmes agricoles pour privilégier le développement durable.

# 31/01/2016 à 14:08 Togo

Comission : Comité des Droits de l’homme
Question : La défense des enfants contre la violence et l’exploitation ; L’afflux des réfugiés ; L’accès à l’eau potable et aux denrées alimentaires.
Auteur : Togo (KOÇ ASYA)

La violence contre les enfants est omniprésente dans la vie quotidienne au Togo. Ils font face à plusieurs types de violence et d’exploitation dans les lieux collectifs. Cette violence provoque chez les enfants des problèmes psychologiques et des problèmes d'estime de soi. Malheureusement, même dans les écoles au Togo, les enfants subissent la violence physique et sexuelle. Selon le dernier rapport publié, 8 sur 10 enfants sont victimes de violence à l'école. Les filles ne peuvent pas aller à l'école à cause d’abus sexuel.
Ce sont non seulement les parents mais aussi des professeurs d’école qui les battent, qui les maltraitent ou qui les violent. Malgré la loi n.376 qui interdit toutes les formes de maltraitance et protège les enfants contre toutes les formes de violence et d’exploitation, il n’y a pas beaucoup de changement dans le comportement des auteurs de ces actes et les sanctions ne fonctionnent pas puisque la justice est entre les mains des hommes.
En effet, la culture togolaise considèrent que les enfants n’ont pas tous les droits qu’il faudrait leur reconnaître (droit à l’expression, au loisirs…), dans certains cas ils sont des « sans-droits ».
Le Togo souhaiterait prendre des mesures pour changer la loi n.376 et doubler les sanctions des agresseurs. Nous ferons tout notre possible pour réaliser des campagnes de sensibilisation pour la population togolaise.
Selon la représentante du HCR, il y aurait des milliers de togolais qui ont passé la frontière du Bénin pour des raisons politiques, économiques et sociales. Même si ce flux de réfugiés a tendance à se réduire. Ils ont été installés dans des familles d’accueil où ils ont été enregistrés par les autorités béninoises et les organisations humanitaires; Les réfugiés disant qu'ils ne sont pas prêts à rentrer au Togo compte tenu de la situation actuelle.
A cause de la guerre en Côte d’Ivoire, il y a eu des milliers de personnes se sont enfuis de leur pays pour venir vivre dans notre pays. Notre gouvernement togolais a été en mesure d’accueillir ces gens afin de les protéger et de les installer dans des camps de réfugiés. Cependant, les réfugiés sont dans une très mauvaise situation puisqu’ils subissent la famine. Ce qui provoque des problèmes graves de santé. Pour cela, nous acceptons les faits et les problèmes et nous souhaitons améliorer la vie quotidienne de ces gens, scolariser les enfants et leur donner un foyer.
Le Togo est considéré comme un des pays les plus pauvres du monde. La ville de Lomé, avec 730 000 habitants, souffre du manque d'eau et d'infrastructures pour l'alimentation en eau potable.
Le gouvernement togolais se rend compte qu’il faudrait construire une station de pompage et améliorer l’alimentation en eau potable ainsi que les denrées alimentaires.

# 03/02/2016 à 01:43 Becuwe

Commission : Droit de l'Homme
Question : Comment faciliter l'accès à l'eau potable et aux denrées alimentaires ?
Auteur : Uruguay

L'accès à l'eau potable, et de préférence courante, pour tous est un défis, tout comme la sécurité alimentaire, c'est-à-dire lorsque toute la population a la possibilité économique de se procurer une nourriture suffisante, saine et nutritive.


Aujourd'hui, 100 % de la population de l'Uruguay ont accès à l'eau potable. Malheureusement, ces 100 % n'ont pas tous accès à l'eau courante. En effet, le vendredi 22 mars 2004 un groupe de 40 enfants en dernière année du primaire d'une école publique ont marché le long de la Rambla de Montevideo, de leur école jusqu’au Bureau régional de l’UNESCO. Chaque enfant a porté un sac à dos plein d’eau pour sensibiliser le public aux conditions de vies qui touchent particulièrement les femmes et les enfants qui doivent marcher chaque jour pour avoir accès à de l’eau potable.

Onze ans se sont écoulés depuis le referendum d'octobre 2004 visant à considérer l'eau comme un bien public qui doit être administré seulement par l’État. Cette volonté a obligé notre pays à réformer la Constitution de la République et, depuis lors, l’Uruguay part du principe que l’eau est un droit humain essentiel qui ne peut être privatisé.

Heureusement, notre pays ne compte que 0,1 % de sa population n'ayant pas accès à une alimentation nécessaire pour cause de leur situation économique, il y a donc une bonne sécurité alimentaire.

# 03/02/2016 à 01:46 Rifkoun

Commission : Comité des droites de l’Homme
Question : Quelles solutions pourrait on proposer pour défendre les enfants contre la violence et l'exploitation ?
Auteur : La Chine

Actuellement, des millions d’enfants à travers le monde et de tous les milieux socio-économiques, âges, religions et cultures souffrent quotidiennement de sévices, d’exploitation et de violence. Quelles qu’en soient les circonstances, cette violence envers les enfants est injustifiable et inacceptable. Les Etats ont l’obligation de protéger tous les enfants de toute forme de violence. Le droit international est fondé sur le respect de la dignité humaine de chaque individu.
Les gouvernements, dont la Chine, ont la possibilité de jouer un rôle décisif dans la protection des enfants. Ils ont le pouvoir de légiférer, de contrôler, d’allouer des fonds et, en tant que responsables de leur nation et de leurs communautés, de favoriser la sensibilisation à ces questions. Ils peuvent convaincre l’opinion que la violence envers les enfants est évitable. Nous nous devons donc de mobiliser la volonté politique et tous les acteurs sociaux nécessaires pour mettre un terme à cette violence.
Notre pays, la Chine, compte une population de 1,33 milliard de personnes en 2007, il présente un cinquième de la population mondiale, dont 342 millions d’enfants. Pour la protection des mineurs, la Chine a ratifié la Convention relative aux droits de l’enfant en mars 1992, le Protocole facultatif concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants en décembre 2002, et le Protocole concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés en décembre 2007. Nous avons mis en place un solide cadre législatif national pour assurer la promotion et la protection d’une vaste gamme de droits de l’enfant. Au cours des deux dernières décennies, la survie et le développement de l’enfant ont progressé de manière régulière en Chine.
Cependant, nous proposons ici quelques actions clés pour mettre fin à la violence à l’encontre des enfants dans le monde :
- l’éradication du travail des enfants et l’Éducation pour tous (Selon un rapport récent de l’OIT (Organisation internationale du travail), 246 millions d’enfants travaillent aujourd’hui dans le monde, et 180 millions d’entre eux se livrent aux pires formes du travail des enfants). Outre les gouvernements et les agences des Nations Unies, tous les consommateurs, tous les électeurs, tous les parents et toutes les communautés doivent se sentir concernés.
- Briser le silence qui entoure l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales ; et accroître le nombre d’initiatives prises en partenariat avec les enfants pour lutter contre cette exploitation.
- Mettre fin à la vente d’enfants : les états riches doivent aider à lutter contre la pauvreté dans certains pays, qui apparait comme un facteur déterminant de la vente d’enfants, aggravé par l’instabilité politique et économique ou l’existence d’un conflit armé. Il faut renforcer la législation existante, notamment la Convention 182 de l’OIT et ses Protocoles facultatifs, et soutenir leur mise en œuvre pour mettre fin à l’impunité aux niveaux national et sous-régional et, aussi sensibiliser les enfants, les écoles et les parents.
- Interdire et punir les châtiments corporels partout dans le monde
- Mettre en place une réforme internationale pour protéger les enfants réfugiés et victimes des guerres. Tout gouvernement doit se préoccuper davantage du bien-être psychosocial des enfants dans des situations de conflit, la prévalence des sévices sexuels et de l’exploitation des enfants réfugiés. Aussi toutes les nations et les ONG doivent se mobiliser pour mettre fin au recrutement des enfants soldats.
Enfin, nous vivons aujourd’hui à une époque où la rapidité des communications permet d’exercer une influence positive sur la culture du monde et de l’humanité. Donc, la Chine demande à toutes les nations d'unir leurs efforts en utilisant tous les moyens possibles pour mettre fin à l’exploitation et à la violence faite à l’encontre des enfants.

# 06/02/2016 à 18:01 République de Corée (Deniz Uslu) : Comment faciliter l'accès à l'eau potable et aux denrées alimentaires?

Comité: Droits de l’Homme
Question: Comment faciliter l'accès à l'eau potable et aux denrées alimentaires?
Auteur: République de Corée


Puisque l’eau potable et denrées alimentaires sont des nécessités pour vivre, c’est très important d’avoir accès. Ce besoin mondiale à l’eau potable et denrées alimentaires est le facteur le plus important qui incite les etats de trouver des stratégies durable.
D’après le dernier retrouvement d’ONG, les statistiques ne sont pas bien: chaque jour, 3,5 milliards d’humains boivent un eau contaminée et dangereuse pour leur santé.
L'accès à l'eau potable était et encore est une affaire très important pour la République de Corée est nous sommes fier de dire qu’il y a 1,476 qualité surveillance stations dans tout le pays: 697 pour les rivières, 185 pour les lacs et les marais, 474 pour les régions agriculturels et 120 pour les autres régions.
En 2005, les quatres plus importants grand tournant de la République de Corée a repondé aux besoins: ils ont été certifié Class I eau potable.
La République de Corée pense que au lieu de tenter de purifier l’eau avec des produits chimiques, on doit arrêter polluter des sources d’eau. On doit lutter contre pollution en tout cas parce que cela est une chaîne.
La République de Corée n’a jamais eu des problèmes avec denrées alimentaires grâce à sa cuisine unique mais cela aussi est une grande préoccupation dans le monde extérieur. La seule probleme est que tous les aliments sont très chers et les citoyens ne sont pas aussi chers.
Cela est une affaire qui va se résolver naturellement étant donné que l’économie nationale de la République de Corée devient solide avec temps.
Pour terminer, la République de Corée veut dire que l'accès à l'eau potable et aux denrées alimentaires sont des préoccupations très important puisque ils sont des besoins globales et pour faciliter l'accès, on doit lutter contre pollution comme un.

# 06/02/2016 à 18:06 ÉGYPTE ( Simay Inci Ipek) : Comment faciliter l'accès à l'eau potable et aux denrées alimentaires?

Comité Droits de l’Homme (Ang/Fr)
Comment faciliter l'accès à l'eau potable et aux denrées alimentaires?
ÉGYPTE


L'Égypte est située en Afrique du Nord. L'Égypte a des frontières avec la mer Méditerranée, le Liban et le Soudan. L'Égypte est un du pays le plus encombré et la population est environ 88,487,296 personnes. L'Égypte a une longue histoire et une Égypte Antique a éprouvé les développements tous premiers par écrit, l'agriculture, l'urbanisation, la religion et le gouvernement central. Aujourd'hui, on considère l'Égypte comme un pays puissant en ayant une influence culturelle, politique et militaire en Afrique du Nord. L'économie de l'Égypte est un du plus grand dans le Moyen-Orient avec l'ayant de secteurs comme le tourisme, l'agriculture, l'industrie et le service. L'Égypte a une rivière appelée le Nil, qui est la rivière la plus longue dans le monde. La population d'Égypte augmente chaque année et les ressources deviennent plus rares.

Une de la ressource la plus importante est l'eau propre pour boire, laver et cuisiner. Malheureusement, il y a plusieurs villages en Égypte qui comptent sur la livraisond'eau et les systèmes d'élimination des déchets qui sont périmés et peu hygiéniques. Donc, la situation quant à l'eau potable sûre est loin de satisfaisant. L'UNICEF marche pour résoudre cette question. L'UNICEF a créé un projet appelé le Village le Projet d'Aide Environnemental, qui est supporté par les États-Unis l'Agence pour le Développement International (USAID). Le but du projet est de prolonger l'accès à l'eau potable sûre et l'assainissement approprié à la population d'Égypte. Le projet suit trois buts principaux en même temps : l'assurance de l'approvisionnement en eau est sûre, marchant d'améliorer l'assainissement et fournissant l'éducation d'hygiène qui améliorera la conscience environnementale. Les volontaires des villages de projet ont été formés dans des zones comme l'hygiène de personnages, les méthodes sûres de manipuler de l'eau et l'évaluation de problèmes environnementaux.

La zone de terre cultivée de l'Égypte est parmi le plus bas dans le monde. La ferme de taille est petite et l'agriculture est presque entièrement dépendante de la Rivière du Nil. L'Égypte est un importateur alimentaire net substantiel. La réforme économique dans le secteur d'agriculture égyptien a été amorcée en 1987. Cette réforme a inclus la libéralisation de d'évaluation et le marketing de récolte majeure, l'élimination de subventions sur des apports d'agriculture et la libéralisation de marchés d'apport.

Bibliographie:
http://www.unicef.org/egypt/wes_131.html
https://www.google.com.tr/search?q=egypt+flag&espv=2&biw=1513&bih=857&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwixydGEoNTKAhXH_nIKHYeHBBAQ_AUIBigB#imgrc=241VnZlwb1l5OM%3A
http://www.fao.org/docrep/005/y4632e/y4632e0c.htm
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/eg.html

# 06/02/2016 à 18:08 République de Corée : Quelles solutions pourrait-on proposer pour défendre les enfants contre la violence et l’exploitation?

Comité: Droits de l’Homme
Sujet: Quelles solutions pourrait-on proposer pour défendre les enfants contre la violence et l’exploitation?
Auteur: République de Corée


Violence contre les enfants et exploitation d’enfants sont des problemes tres graves pour le monde et défendre les enfants contre la violence et l’exploitation et une nécessité majeure pas seulement pour République de Corée mais pour tous les Etats parce que les enfants; peu importe leur couleur, leur langue et leur nationalité; sont très importants pour un futur durable.
Même si la République de Corée tente de faire son part efficacement, violence et exploitation contre les enfants sont des préoccupations majeurs dans le pays.
En République de Corée, les problèmes de violence à l’école sont devenus très préoccupants. En Décembre 2011, un collégien s’est suicidé. La raison est que pendant un an, deux camarades de classe volaient son argent, le frappaient. En d’autres termes, ces deux camarades de classe le torturaient quoditiennement. Avec cet événement, une statistique terrible a émergé: selon le ministère de l’Education, plus de 700 écoliers se sont suicidés en 4 ans, en raison de violence à partir de ses camarades ou ses professeurs. République de Corée possède l’un de taux de suicide juvénile parmi les plus élevés du monde.
Après ce situation, le Président a annoncé une politique de “tolérance zero”; La police de Séoul a promis qu’elle enverrait des officiers dans les écoles et qu’elle constituerait un fichier des élèves les plus violents. Et le gouvernement a décidé que désormais, les professeurs aussi seraient tenus pour responsable.
Même qu’exploitation sexuel est consideré l’un de “quatre maux sociales”, La République de Corée est un pays de transit, mais surtout les plus, elle est un pays de source et de destination pour le traffic de filles qui sont envoyées dans le monde dans le cadre du commerce sexuel. Plus, les jeunes filles de Chine transite par la République de Corée avant d’être envoyées aux États-Unis, où elles seront victimes de traffic sexuel.
Aussi, les jeunes filles de Russie d’Ouzbékistan, de Chine, des Philippines, de Thaïlande et d’autres pays d’Asie du Sud sont exploitées sexuellement: Elles sont promisés à des hommes sud-coréens ou sont forcées de travailler pour les réseaux de tourisme sexuel.
Exploitation sexuel est en fait illegal en République de Corée, mais en 2007, 1.6% des revenus de pays était de exploitation sexuel: Spécifiquement, exploitation sexuel de jeunes filles.
Même si les autres formes d’exploitation d’enfants ne sont pas communs en République de Corée, l’exploitation sexuel de jeunes filles est une situation inacceptable et qui exige prendre des mesures immédiatemant. C’est obligatoire de trouver des nouveaux moyens pour compenser l’écart d’argent causé par la manque de la traite de jeunes filles.
République de Corée accepte que l’exploitation d’enfants est une préoccupation grave qui ruine des vies d’enfants et le pays est prêt à prendre tous les mesures nécessaires afin de l’arrêter.
Les propositions de République de Corée pour défendre les enfants contre la violence et l’éxploitation inclure; aggravations de pénalités, densifications d’inspections fait par les officiels (dans les écoles et dans les lieu de travail), empêcher les transitions et arrivée de filles dans le cadre du commerce et tourism sexuel.
Pour résumer, la violence contre les enfants et l’exploitation d’enfants sont des problèmes très importantes qui intérêts pas seulement la République de Corée mais tous les etats parce que les enfants sont la lueur d’éspoir la plus grande pour un futur durable.

Deniz Eser Uslu

# 06/02/2016 à 18:11 ÉGYPTE : Quelles solutions pourrait-on proposer pour défendre les enfants contre la violence et l'exploitation?

Comité Droits de l’Homme (Ang/Fr)
Quelles solutions pourrait-on proposer pour défendre les enfants contre la violence et l'exploitation?
ÉGYPTE

L'Égypte est située en Afrique du Nord. L'Égypte a des frontières avec la mer Méditerranée, le Liban et le Soudan. L'Égypte est un du pays le plus encombré et la population est environ 88,487,296 personnes. L'Égypte a une longue histoire et une Égypte Antique a éprouvé les développements tous premiers par écrit, l'agriculture, l'urbanisation, la religion et le gouvernement central. Aujourd'hui, on considère l'Égypte comme un pays puissant en ayant une influence culturelle, politique et militaire en Afrique du Nord. L'économie de l'Égypte est un du plus grand dans le Moyen-Orient avec l'ayant de secteurs comme le tourisme, l'agriculture, l'industrie et le service.

Au début de 2015 le Conseil national pour l'Enfance et la Maternité (NCCM) et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (l'UNICEF) a lancé une étude sur la violence contre des enfants. L'étude s'est concentrée sur les enfants de 13 à 17 ans dans Cario, Alexandrie et Assiut. L'étude a fourni l'évidence sur le physique, émotionnel et le genre la violence basée affectant des enfants. Approximativement 78 pour cent d'enfants étaient les victimes de violence émotionnelle. Docteur Azza El Ashmawy, Secrétaire général du Conseil Naitonal pour Enfance et Maternité l'a dit: ‘’ La violence contre des enfants est énorme et ses répercussions peuvent être irréversibles. Il viole leur droit de base de bien-être(d'assistance sociale) et la dignité. La loi d'enfant égyptienne et la constitution 2014 ont garanti que directement pour eux. Cependant, beaucoup de parents, professeurs et le personnel soignant pratiquent toujours ou tolèrent la violence d'utilisation contre des enfants. Cette étude est un pas en avant important pour relever le défi de violence contre des enfants en Égypte et c'est notre responsabilité collective de ceci finir et assurer que les mécanismes de protection sont en place et entièrement mis en œuvre’’.

L'UNICEF a un programme de protection d'enfant actuellement actif en Égypte.
This program tries to prevent violence against children, strengthen specialized child protection services, support children's access to justice, develop independent mechanisms for promoting and protecting child rights.

Simay Inci Ipek

Bibliographie:
https://www.google.com.tr/search?q=egypt+flag&espv=2&biw=1513&bih=857&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwixydGEoNTKAhXH_nIKHYeHBBAQ_AUIBigB#imgrc=241VnZlwb1l5OM%3A
http://www.unicef.org/mena/media_9969.html
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/eg.html

# 06/02/2016 à 18:12 Grèce (Selin Özgen) : Quelles solutions pourrait-on proposer pour défendre les enfants contre la violence et exploitation ?

Commission : Conseil droits de l’homme
La Question : Quelles solutions pourrait-on proposer pour défendre les enfants contre la violence et exploitation ?
Auteur : Grèce
Les enfants sont notre future, la future de l’humanité. Les enfants doivent vivre leur enfance proprement pour devenir les adultes qui sont sain. Pour ça on doit protéger les enfants sans regardant leur nationalité, couleur, religion, nationalité et leur aider si ils en besoin.
Grèce est un membre de l’ONU est collaboré avec les autres pays qui sont le membre de l’ONU. Sur les sujet humanitaires et aide on suit les décisions. Grèce et aussi l’ONU croit que seulement protéger les enfants dans notre pays n’est pas suffisent, on doit aussi protéger ou aider aux autres pays pour protéger les enfants du monde.
Actuellement les refugies sont les personnes qui besoin aide le plus. Parce qu’ils sont au loin de leur pays, dépendre aux autres pays qui les aide. Dans un environnement comme ça, ce n’est pas facile de contrôler la sécurité et les enfants sont en danger. Particulièrement physiquement et mentalement.
UNHCR (Nations Unis Refugie Agency) a collecté des reports de abuse et sexuel violence aux femmes et enfants dans les sources crédibles ou les immigrants aller quelques part dans des groupes, aux parcs, au bord de la roue et les places ou il n y a personne. Il y a des témoins qui affirmer ces cas et aussi disent que les enfants sont menacé par les contrebandiers. Grèce est l’un des membres l’ONU et ses sous organisations, se battre contre les crimes sexuelles aux enfants. Et essayer de se rassurer les enfants refuges et les donnes la sécurité pendant le temps ils passent dans notre pays.
Violence n’est pas le seul problème concerne les enfants refugies, la faim, la froide et la solitude sont aussi quelque problèmes ils endurent. Les sources ne sont pas suffisent il y a beaucoup de personne seuil de pauvreté. En accord des informations de World Food Programme la plupart des refugies sont vivent avec 50 cent par jour.
Pour résoudre ce problème, on doit enseigner le peuple. Ils doivent savoir comment les traiter. On doit empêcher xénophobie contre les refugies. Ils sont les victimes des problèmes dans leur pays. Ces sont les solutions pour la crise de refugies par UNİCEF sous le nom « Protecting Children on the Move ». Grèce comme un pays qui a beaucoup de l’asile.
Violence et abuse contre les enfants et les enfants refugies sont inacceptable. Grèce est contre ses manières inhumaine et prêt à aider avec toutes ses sources possibles.

Selin Özgen

Resouces :
http://www.wfp.org/emergencies/syria
http://www.unicef.org/emergencies/files/Refugee_and_Migrant_Crisis_Advocacy_Web_12_11_15.pdf

# 06/02/2016 à 18:14 ÉGYPTE (Simay Inci Ipek): Quelle réponse à l’afflux de réfugiés?

Comité Droits de l’Homme (Ang/Fr)
Quelle réponse à l’afflux de réfugiés?
ÉGYPTE


L'Égypte est située en Afrique du Nord. L'Égypte a des frontières avec la mer Méditerranée, le Liban et le Soudan. L'Égypte est un du pays le plus encombré et la population est environ 88,487,296 personnes. L'Égypte a une longue histoire et une Égypte Antique a éprouvé les développements tous premiers par écrit, l'agriculture, l'urbanisation, la religion et le gouvernement central. Aujourd'hui, on considère l'Égypte comme un pays puissant en ayant une influence culturelle, politique et militaire en Afrique du Nord. L'économie de l'Égypte est un du plus grand dans le Moyen-Orient avec l'ayant de secteurs comme le tourisme, l'agriculture, l'industrie et le service. L'Égypte est un pays qui accueille des groupes ethniques multiples. Les groupes ethniques comme Abazas, des Grecs Turksü et des tribus arabes Bédouines vivent ensemble dans les frontières de l'Égypte. L'Égypte accueille aussi des réfugiés et des demandeurs d'asile.

L'Égypte accueille généralement des réfugiés de la Somalie, le Soudan, la République arabe syrienne et l'Éthiopie. L'Égypte est un des pays qui ont signé la Convention de Réfugié 1951 et son 1967 le Protocole et aussi la Convention d'OUA 1969. L'Égypte n'a pas fait a développé des procédures d'asile nationales ou des institutions, donc le HCNUR(le HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS) effectue les actions nécessaires. L'instabilité en Égypte a affecté l'environnement sécurisé(sûr) pour des réfugiés et des demandeurs d'asile, donc la confiance(dépendance) à l'aide du HCNUR(du HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS) continue. Le gouvernement fournit l'accès au soin de santé publique et l'enseignement(éducation), le soin cependant spécialisé n'est pas disponible.

En 2015, l'Égypte a fait un accord sur le transfert de réfugiés multiples et des demandeurs d'asile du Camp Salloum à Caire. Le HCNUR(Le HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS) planifie de fournir la protection aux réfugiés et aux demandeurs d'asile vivant en Égypte en conduisant l'enregistrement au cas par cas. Les mesures seront prises contre la violence sexuelle et basée sur le sexe. Le HCNUR aidera financièrement les réfugiés les plus vulnérables et renforcera des activités de moyens de subsistance. L'organisation maintiendra le programme de formation gouvernemental dans les années suivantes.

Bibliographie:
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/eg.html
http://www.unhcr.org/pages/49e486356.html
https://en.wikipedia.org/wiki/Egypt#Ethnic_groups
https://www.google.com.tr/search?q=egypt+flag&espv=2&biw=1513&bih=857&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwixydGEoNTKAhXH_nIKHYeHBBAQ_AUIBigB#imgrc=241VnZlwb1l5OM%3A

# 06/02/2016 à 18:16 Grèce : Quelle réponse l’afflux de réfugiés ?

Commission: Conseil droits de l’homme
La Question: Quelle réponse l’afflux de réfugiés ?
Auteur: Grèce


Tous les humaines dans notre planète est important. Mais actuellement pas tout le monde est capable de vivre leur vie pacifiquement à cause des problèmes mondial et les problèmes économique, sociale et politique du monde ou dans le pays où ils vivent. Pour ça ils doivent ou veulent immigrer.
Immigration augmente très rapidement de nos jours et devient un de problèmes qui est le plus sévère. Il y a beaucoup de personnes qui n’a pas quelque chose à manger, l’eau pour boire est une maison ou une place à rester. Ils ne peuvent pas prendre des aides médicales proprement. Le standard de vie des immigrants sont très mal. La population augmente jour après jour parce que les refugies font naitre aux bébés et ces bébés naitre a une atmosphère n’est pas assez pour un personne de vivre. On doit aider les réfugiés. C’est inhumaine de ne pas les aider.
Grèce a une position très important pour les migrants : c’est où on peut entrer à Europe. Pour ça ils tentent de passer la mère Méditerrané pour aller aux autres pays Européen et vivre là une vie assure. Mais pendant ces voyages dangereux beaucoup de personne ont péri. Juste en 2015 en estiment 3.775 refuges qui sont prendre le botte en Turquie a Grèce ont péri. C’est épouvantable que dans chaque trois personne qui ont noyé l’un est enfant. Et quand ils arrivent Grèce certains restent la, certains continue au Balkans, pour passer Autriche, Allemagne et Suède.
Grèce qui est l’un de membre l’ONU travaille pour trouver des résolutions sur le sujet des immigrants et les effets de ces afflux aux pays qui prendre l’émigration. En Janvier 26, 2016 l’ONU et ces partners cherchent les donneurs pour ramasser 550 million dollar pour donner les refuges des vies mieux. Et la plan est donner le demi de ces fonds a Grèce qui a pris plus d’un millions refuge en 2015.
Aussi avec UNİCEF (Fonds des Nations unies pour l'enfance) Grèce support prendre les enfants refuges en Europe. Grèce aussi essaye de protéger les refugie qui sont enfants. « Ces jeunes enfants sont déterminé pour faire la vie mieux pour eux-mêmes, mais leur future va être en balance quand ils commencent venir à l’Europe. Nous ne pouvons pas les décevoir. » (These young people are determined to make a better life for themselves, but their futures hang in the balance as they make their way through Europe. We cannot let them down) dit Marie-Pierre Poirier, UNICEF Spéciale Coordinateur pour le Refugie and Migrant Crise en Europe. (The big question for us is: Are we ready for this, is Europe fit for purpose, will we be able to give these children the future that they are risking their lives for?).
Grèce croit que l’humanité est plus important les autres manières et tous les pays, inclusion notre, doivent aider les immigrant avec leur mieux. Grèce est ouverte aux nouveaux idées et solutions sur ce sujet, et prêt à donner l’aide possible.

Selin Özgen

# 06/02/2016 à 18:18 République de Corée (Deniz Uslu) : Quelle réponse à l’afflux de réfugiés?

Comité: Droits de l’Homme
Sujet: Quelle réponse à l’afflux de réfugiés?
Auteur: République de Corée


La migration est devenue un préoccupation important dans le majorité du monde dans nous vivons tout au long d’histoire. Ce préoccupation pose des problèmes très serieuses pour les réfugiés et aussi pour les pays qui les recevoient le plus et cela est une barrière devant un futur durable.
Les raisons derrier les afflux de réfugiés sont diverses mais le produit final est toujours le même. Les citoyens qui sont séparés de ses pays d’origines et souvent vivent les vies misérables. Ce qui est le plus triste est qu’il ya très peu les autres font à ce sujet.
En République de Corée, il y a souvent des réfugiés de Corée du Nord mais cela est un situation commun causé par la forme de gouvernement de Corée du Nord. Les citoyens de Corée du Nord souvent cherche pour une place habitable et la République de Corée est leur premier et le plus proche option.
Il est un fait que République de Corée ne recevoit pas beaucoup de réfugiés, par rapport aux pays comme la Jordanie, la Turquie et la Pakistanie et la République de Corée ne veut pas recevoir les afflux de réfugiés.
La premier motif pourquoi la République de Corée ne veut pas recevoir les afflux est que l’économie nationale n’est assez développés pour soutenir un population extra. Les réfugiés sont souvent au chômage et nécessiteux; souvent mendient. Même maintenant La République de Corée est très peuplé et a des difficultés soutenir ses citoyens économiquement, c’est impossible pour la République de Corée de soutien les réfugiés. Si la République de Corée recevoit un afflux de réfugiés autre que les citoyens de Corée du Nord, son économie peut culbuter.
La République de Corée accept que rester aux camps (pour les réfugiés) est une experience terrible et personne devrait la vivre mais cela est la réalité et pour améliorer le situation courrant des réfugiés, tous les etats doivent faire leur part. Les afflux de réfugiés est un grave préoccupation qui ne pourrait pas être dérouler sauf si tous les etats joinent le processus de résolution.
Le premier proposition de la République de Corée est améliorer la qualité des camps ou les réfugiés reste pour les fournir un environement temporaire plus saphène. Souvent, des épidémies surgient entre des réfugiés parce que leur habitat (les camps) n’est pas hygiénique.
Un autre proposition de la République de Corée est de situer le plus grand nombre possible de réfugiés à les travails que n’exigent pas savoir langue ou être un expert. Situer les réfugiés aux travails est une steppe immense pour empêcher l’économie nationale d’effondrer.
En tout, les afflux de réfugiés est un phénomène qui a existé toujours et qui existe encore. Il n’y a pas beaucoup pour un seul pays à faire, c’est un préoccupation qui peut être résolu seulement si tous les etats fasse leur part.
Résoudre le problème de réfugiés est un obligation pour un futur durable et la seule manière de le résoudre est agir tous ensemble. République de Corée vous invite à résolver ce problème comme un.

# 08/02/2016 à 14:05 Venezuela (site web)

Commission : Comité Droits de l’Homme
Questions :
• Quelles solutions pourrait-on proposer pour défendre les enfants contre la violence et l'exploitation ?
• Quelle réponse à l'afflux de réfugiés?
• Comment faciliter l'accès à l'eau potable et aux denrées alimentaires ?
Auteur : Venezuela
Le respect des droits de l’Homme est une préoccupation mondiale. Notre pays pense qu’il est nécessaire que tous les Etats s’engagent à veiller à ce que tous les hommes demeurent sur un même pied d’égalité, et bénéficient des droits à la vie, à la santé et à la liberté.
En ce qui concerne l’eau potable et aux denrées alimentaires, qui constituent la base d’une vie digne, le Venezuela s’est engagé à en garantir l’accès en quantité et qualité suffisante à toute sa population. Ainsi, avec 94% des habitants recevant de l'eau courante potable, notre pays a déjà atteint les objectif du millénaire fixés par les Nations Unies pour l’année 2015. De plus, afin que l'eau potable soit accessible pour tous les citoyens, un plan d'investissement gouvernemental a été mis en place pour une période de six ans. Cette année, quelques 500 millions de dollars seront ainsi investis dans des usines de traitement des eaux. Pour ce qui est des denrées alimentaires, le Venezuela recherche la souveraineté alimentaire et adopte pour cela un politique de lutte contre la crise alimentaire, notamment au niveau international avec le Traité de sécurité alimentaire souscrit avec les pays partenaires de l’ALBA (Alternative bolivarienne pour les Amériques) en avril 2008.
La question des droits de l’enfant est aussi primordiale au Venezuela, et des progrès, bien que déjà entérinés, sont souhaitables. En effet, notre pays est le lieu de nombreuses violations des droits de l’enfant avec malheureusement l’existence du commerce d’enfants en vue d’exploitation sexuelle, ce qui est intolérable. Le Venezuela a d’ailleurs ratifié en 1990 la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE), texte international juridiquement contraignant de protection des Droits de l’Enfant, prouvant ainsi notre volonté de faire respecter les droits des enfants, qui représentent les citoyens de la société de demain.
En outre, le Venezuela reconnait la nécessité de traiter dignement les réfugiés. L’afflux récent de migrants, dû à la multiplications des problèmes mondiaux et particulièrement les guerres au Moyen-Orient, doit être géré de manière coopérative entre les Etats. Ainsi, pour notre pays, il est du ressort de chaque Etat d’accueillir autant de réfugiés que possible et de leur garantir un traitement humain. Pour cette raison, le chef du gouvernement a déjà exprimé sa volonté d’intégrer 20000 syriens au sein de notre pays. Au-delà du devoir moral de protection des droits de l’homme, les réfugiés permettent de contribuer au développement du pays.
Le Venezuela s’engage donc a continuer ses progrès en matière du respect des droits humains dans le pays et apprécie une prise en compte mondiale de la question.
Lisa Georgeault

# 08/02/2016 à 23:46 Argentina

Committee: Human Rights
Question: How to facilitate access to safe drinking water and food
Submitter: Argentina

Access to safe drinking water and food is very important for the survival of any community. In Argentina, this has presented itself to be a problem in a very vast, but unequally distributed area. As stated by Green Cross Argentina (GPA), the main problem is inequity of water access and its uneven distribution throughout the nation. There are areas in the north part of the country, and in the poorest and most concentrated outskirts of Buenos Aires, where there still isn’t any access at all to water. However, in other more affluent areas water consumption is dramatically heightened as consumers aren’t careful to their intake.
On the other hand, Argentina is considered one of the biggest food-exporting countries in the world, yet every year children die from malnutrition. As crop fields replace forests, communities are unable to retrieve food themselves, and their growing poverty keeps them from being able to afford it either. The combined lack of safe drinking water and food drives these large areas to desperate poverty. Thus, the problem directly faces Argentina, but is understood globally, as access to these basics is a necessity for everyone.

Bibliography
http://www.theguardian.com
http://www.bbc.com

# 09/02/2016 à 14:44 Guatemala (site web)

In international relations, Guatemala has notably taken part in bilateral relations, with mainly Taiwan, Spain, Russia, Mexico (after years of tension) and the USA. Relations between the United States and Guatemala traditionally have been close, although at times strained by human rights and civil-military issues. The USA played an important role in the UN-moderated peace accords.
The foreign policy of the Guatemala takes support on its traditional axes that are the relations with the United States, Mexico, the Central American region and South America, but turns furthermore to the multilateral stage. The Guatemala ratified in particular the Treaty of Rome establishing the CPI(INTERNATIONAL CRIMINAL COURT) in 2012.
The Guatemala participated actively in the debates of the United Nations Security Council when it was a member not permanent employee there, in 2012-2013. On the international main issues, its positions are close to French positions, as shown by the support granted to the principle of a military intervention against the Syrian chemical installations of armament. It participates besides since decade in the operations of preservation of the peace, with two contingent’s 300 blue helmets in Haiti. Moreover Guatemala plays a major role in Central America, concerning the illicit traffic of drug issue: it is a transit country for cocaine shipments; minor producer of illicit opium poppy and cannabis for the international drug trade; active eradication program in 1996 effectively eliminated the cannabis crop; proximity to Mexico makes Guatemala a major staging area for drugs (cocaine shipments).
About immigration, During the second half of the twentieth century, Latin American immigration grew strong in Guatemala, particularly from other Central America countries, Mexico, Cuba, Argentina, etc. Although the majority of them resided only temporarily to go to their final destination, which was the United States.
Internally, violence is the major concern of the Guatemalans. Causes are multiple: organized crime, drug trafficking, impunity, corruption, disparities, poverty from which the native majority suffer. This country, frequently victim of natural disasters, is nevertheless rich in tourist, agricultural, hydric and mining resources.
Since spring, 2015, the Guatemala undergo a profound political crisis: after the revelation of several scandals within the Customs and Excise, the President of the Republic, Otto Perez Molina, resigned on September 3rd, 2015, before being placed in custody. The new President, Alejandro Maldonado Aguirre, will send day-to-day matters until the nomination of the new Head of State, on January 14th, 2016.
Concerning human rights, in 2008, Guatemala became the first country to officially recognize femicide, the murder of a female because of her gender, as a crime. Guatemala has the third highest femicide rate in the world, after El Salvador and Jamaica, with around 9.1 murders every 100,000 women from 2007 to 2012. However Guatemala has to face the problem of violence and instability with its border, before asserting itself in international Human rights issues

# 09/02/2016 à 14:49 Australia (site web)

HUMAN RIGHTS

EVRARD Juliet

I- MIGRATION : CLAUSE

1. Gravement alarmé par la situation désastreuse de l'immigration illégale sur les plans économiques et humains, le délégué d'Australie condamne tout soutient à l'immigration precognise une résolution basée sur la suppression de tous flux migratoirs illégaux. Le délégué :
1. Propose une aide financière des pays qui veulent limiter la pénétration de leurs frontières, à destination de tous pays sources d'immigration à condition qu'ils mettent en place une campagne de limitation des migrations illégales. L'aide financière offerte dépendrait du PNB des pays en question et son évolution dépenderait des résultats de la campagne.
2. Appelle à la mise en place de mesures legislatives pour poursuivre en justice tout immigrant illegal pour violation de territoir. La condamnation aurait pour but de limiter l'attractivité des pays et entrainerait :
1. Une amende impliquant les frais de dossiers de l'enquête juridique
2. Une rétention jusqu'au prononcement de la sentance
3. Un renvoit dans les plus bref délais du coupable dans son pays d'origine.
3. S'engage a détruire tous les camps illégaux vecteurs de problèmes sociaux, culturels, économiques et sanitaires et empècher leur rétablissement.

II- DEFENSE DES ENFANTS : CLAUSE

• Profondément préocupé, le délégué de l'Australie s'appuie sur le dernier sondage de Small Voices, Big Dream auprès de presque 6000 enfants autour du monde qui rapporte les différentes causes de la maltraitance de enfants et préconise donc une résolution qui intensifie le contrôle social au sein des institutions étatiques, et les condamnations en cas de maltraitance et récidive. Afin de répondre à une problématique majeure à la fois nationale et internationale, le délégué d'Australie
◦ Préconise une augmentation des versement de fonds à L'UNICEF, qui assure la protection des enfants et de leurs droits fondamentales – et ce, impliquant
▪ le développement de la scolarisation des enfants
▪ La mise en place de campagne contre le travail infantil
▪ La prise en charge et la réinsertion des enfants victimes de ventes, de prostitution ou de pornographie
◦ Appelle à la collaboration de tous les pays pour la condamnation de toute transgression à la chartre universelle des droits de l'enfant, et ce, par les instances juridiques nationales, soutenues par le tribunal internationnal.
◦ Demande une mise en place ou un renforcement des contrôles de maltraitances par
▪ l'instauration de services d'assitance sociale et psychologique dans chaque école publique de la maternelle au secondaire.
▪ la prise en charge assidue des victimes.
▪ La prévention en cas de récidive

III- ACCES AUX DENREES ALIMENTAIRES : POSITION STATEMENT

En vue du gouvernement libéral conservateur à la tête de l'Australie depuis plusieurs années, ses préocupations pour maintenir ses frontières fermées et son inquiétude au sujet des problématiques environnementales qui touchent le pays, le délégué favorisera la mise en place d'une politique nationale au sujet de l'accès à l'eau et au denrées alimentaires – sujet qui touche la population australienne des Aboriginals et Torres Straits. Le gouvernment semble en effet fermé à toute conjecture internationale sur la gestion de son territoire. Cependant, si l'ONU appelle à une mise en place d'infrastructure dans les pays subissants des manques de ressources nécessaires, l'Australie pourra participer au financement dans les limites de ses capacités financières.

# 24/02/2016 à 19:12 Senegal

Commission: Droits de l’homme
Question: 3. Quelles solutions pourrait-on proposer pour défendre les enfants contre la violence et l'exploitation ?
Auteur : Sénégal

Les pays les plus développés ont réussi à mettre en place des lois interdisant de faire travailler les enfants d’un certain âge, cependant dans un grand nombre de pays l’exploitation des enfants reste un problème majeur. Environ 250 millions d’enfants sont exploités et font qui plus est dans la plus part des cas un travail dangereux pour leur santé (dans des mines ou des usines). Certaines associations comme l’UNICEF tentent de supprimer ces inégalités. Les enfants sont encouragés à poursuivre leur scolarité et ainsi avoir l’opportunité de voir leur situation s’améliorer.

Au Sénégal les problèmes sociaux et économiques du pays contribuent à l’exploitation des enfants. Ils sont souvent contraints de quitter l’école pour pouvoir aider leur famille à subvenir à leurs besoins. Ils réalisent un travail souvent dégradant comme celui de fouiller les décharges, ils sont de ce fait plus exposés à des maladies pulmonaires par la suite. Les enfants sont très rarement rémunérés par leur employeur et si ils le sont, le salaire qu’ils perçoivent s’éloigne fortement de celui fixés par la loi.
Les enfants du Sénégal sont aussi confrontés au problème de la prostitution et à celui du développement du tourisme sexuel et de la pédophilie. Le nombre d’enfants dans les rues étant très élevé ils deviennent des proies faciles pour les pédophiles. À Dakar on compte environ 19 000 enfants dans les rues. Les filles (souvent mineures) sont contraintes de se livrer à la prostitution pour espérer gagner de l’argent. La population sénégalaise se compose de 48% d’enfants. Les filles ayant entre 15 et 18 ans travaillent déjà comme bonnes et effectuent un minimum de 11 heures de travail par jour et sont bien souvent victimes de harcèlement sexuel avec les conséquences que l’ont peut imaginer (grossesse, VIH…)

Pour pouvoir remédier à cela, il faudrait que les enfants aillent au bout de leur scolarité où acquièrent au minimum les bases nécessaires essentielles à la recherche d’un emploi que ce soit pour les filles ou les garçons. Au Sénégal l’accès à l’école devrait être obligatoire.

# 24/03/2017 à 17:46 https://www.viagrasansordonnancefr.com/commande-viagra/ (site web)

What a data of un-ambiguity and preserveness of precious knowledge regarding
unexpected emotions.

Répondre à ce message

Code incorrect ! Essayez à nouveau